Explorations fictionnelles entre nature et artifice par une pratique installative de l'assemblage

Lamarche, Laurent (2012). « Explorations fictionnelles entre nature et artifice par une pratique installative de l'assemblage » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (85MB)

Résumé

Mon mémoire de maîtrise discute de la manière dont j'aborde la matière vibrante et les relations transformationnelles qu'elle engendre dans des milieux variés (atelier, installation immersive, lieu public). Cette réflexion vise à observer les différents actants, acteurs et actions engagés dans une pratique sculpturale inscrite au cœur d'une installation immersive. Il s'agit d'analyser les interrelations rhizomatiques entre humain, nature et instrument qui sont susceptibles de générer une fiction par l'assemblage de plastique récupéré, de résine et de dispositifs lumineux avec lasers. Cet objet d'étude me permet de me questionner sur la relation de l'artiste à l'objet, et ce tout en considérant la relation de multiplicité entre les arts et les sciences. En tant que sculpteur, mon rapport à l'art et à la science est dans le faire et dans les rapports que j'entretiens avec l'instrument. Selon moi, l'instrument fait partie de la nature, il est son prolongement. Je pense que c'est par lui que se fait l'échange entre matière, énergie et humain. En regard de cette position, je m'intéresse à la modélisation de phénomènes naturels à travers des installations qui, par leur fonctionnement oscillant entre low-tech et high-tech, questionnent l'immersion du spectateur et son rapport aux technologies actuelles. De cette mise en relation émerge une exploration de la porosité des frontières existantes entre nature et artifice, domaines qui ne sont plus perçus comme dualité. Pour ce faire, je m'appuie partiellement sur le concept de « prise de forme » venant de la théorie méconnue de l'individuation du philosophe français des sciences Gilbert Simondon (1924-1989). Ce dernier prône la conciliation de la culture et de la technique me permettant d'aborder la co-relation entre humain, matière et instrument. L'analyse de leur interrelation témoigne pour moi d'une prise de conscience du rôle du temps comme actant dans les milieux où l'action se déroule, amplifiant le rapport sensible entre nature, humains et objets. À travers ces réflexions, je me questionne sur les conditions d'émergence de la fiction, là où la fiction matérialise l'invention, là où la fiction devient f(r)iction, et participe du frottement entre domaines d'enquête et imaginaires. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : matière, prise de forme, plastique, assemblage, sculpture, phénomènes naturels, immersion, fiction, frottement, instrument, science.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Trudel, Gisèle
Mots-clés ou Sujets: Fiction / Installation d'art / Lieu public / Sculpture / Installation immersive / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École des arts visuels et médiatiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 sept. 2017 14:11
Dernière modification: 22 sept. 2017 14:11
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/10090

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...