Aller vivre en résidence : l'expérience des personnes âgées

Blanchard, Nathalie (2008). « Aller vivre en résidence : l'expérience des personnes âgées » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en travail social.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Dans notre société, de plus en plus vieillissante, nous constatons que malgré la politique gouvernementale du chez soi le premier choix, plusieurs aînés doivent quitter leur domicile initial pour aller vivre dans une ressource d'hébergement afin d'y recevoir l'aide et l'assistance nécessaires. Cette recherche a pour objectif d'explorer le processus décisionnel qui conduit ces aînés à aller vivre en résidence ou en centre d'hébergement. Ce mémoire de maîtrise s'inscrit dans le cadre d'une recherche qualitative menée à l'École de travail social par Michèle Charpentier, dans laquelle nous étions assistante de recherche. Avec l'autorisation de la chercheure principale, il fut permis d'utiliser le matériel de la recherche afin d'explorer l'objet de notre étude. Pour nos analyses, nous avons retenu les entrevues de huit résidents âgés entre 74 et 93 ans que nous avons personellement rencontrés à deux reprises, pour un total de seize entrevues. Le cadre théorique de cette recherche s'inspire de la théorie du constructivisme puisque ce qu'il importe de faire ressortir est le point de vue des personnes aînées, en lien avec leurs perceptions et leurs expériences de vie. Les résultats de la recherche révèlent que le point de vue des personnes ayant dû se reloger est teinté par les expériences personnelles de chacune, de même que par les circonstances ayant amené ce relogement, lesquelles sont principalement: 1) une détérioration de leur maladie; 2) des proches aidants en difficulté ou inexistants; 3) une hospitalisation subite; et 4) une précarité financière. L'analyse des résultats démontre tout d'abord que le processus décisionel est complexe et qu'il diffère d'une personne à l'autre, en regard de son histoire de vie, mais également en fonctions de multiples facteurs externes. De plus, il ressort que les situations de crise et plusieurs enjeux, tant organisationels que personnels, sont parfois inhérents au fait de devoir se reloger. Par ailleurs, le rôle minime joué par les travailleurs sociaux est également mis en évidence et interrogé. De façon à améliorer les interventions auprès des aînés et de leurs familles, quelques interrogations et recommandations sont soulevées. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Personnes âgées, Relogement/placement, Processus de décision, Perspective constructiviste.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Charpentier, Michèle
Mots-clés ou Sujets: Personne âgée, Prise de décision, Résidence pour personnes âgées, Constructivisme social
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > École de travail social
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 30 sept. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:06
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1039

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...