Le système agroalimentaire alternatif montréalais face au problème du gaspillage alimentaire : quels discours et pratiques pour contribuer à la transition socioécologique?

Brisebois, Eliane (2017). « Le système agroalimentaire alternatif montréalais face au problème du gaspillage alimentaire : quels discours et pratiques pour contribuer à la transition socioécologique? » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (18MB)

Résumé

Problématique complexe aux ramifications environnementales, socioéconomiques et politiques, le gaspillage et les pertes alimentaires font partie des nombreux problèmes qui affectent les systèmes agroalimentaires. Créées pour s'attaquer à ces problèmes, des initiatives dites « alternatives » s'implantent à des échelles locales, surtout dans des villes, comme à Montréal. Elles forment ainsi des systèmes agroalimentaires alternatifs dont les objectifs sont axés autour de valeurs environnementales et sociales. Cette recherche qualitative menée sur deux ans s'intéresse donc aux initiatives alternatives montréalaises et à la façon dont elles prennent en compte l'enjeu du gaspillage et des pertes alimentaires. Le but de ce mémoire est de comprendre dans quelle mesure le système agroalimentaire alternatif de Montréal peut contribuer à la transformation des pratiques sociales en matière de consommation et de gaspillage alimentaires. La recherche s'est ainsi articulée autour des objectifs suivants : obtenir un portrait du système agroalimentaire montréalais, documenter les pratiques alimentaires, surtout celles liées au gaspillage, des acteurs de ce système et, enfin, analyser comment ces pratiques contribuent à la transition socioécologique. Une recherche documentaire et 20 entretiens semi-dirigés menés avec des responsables d'initiatives ont mis en lumière un réseau de plus de 300 initiatives de différents types et aux fonctions multiples. Il s'avère que ces initiatives sont toutes porteuses de changement et qu'elles adoptent des pratiques socioécologiques, mais que leurs actions n'entraînent pas nécessairement des changements structuraux dans le système alimentaire. En somme, qu'elles aient été créées pour lutter contre le gaspillage alimentaire, pour produire, mettre en marché des aliments ou pour remplir d'autres objectifs, les initiatives font face à plusieurs défis associés à la matérialité des aliments, aux logistiques à mettre en place, à la pérennisation et à la viabilité de leurs projets (questions de financement et de relations), à la création de partenariats et à d'autres défis et difficultés spécifiquement attribuables à l'évitement et à la réduction du gaspillage et des pertes alimentaires. C'est en surpassant ces « verrouillages » que les initiatives alternatives peuvent contribuer à la transition socioécologique du système alimentaire. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Gaspillage alimentaire, Système agroalimentaire alternatif, Transition socioécologique, Pratiques sociales

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Audet, René
Mots-clés ou Sujets: Gaspillage alimentaire / Aliments -- Consommation / Aliments -- Industrie et commerce -- Montréal / Développement durable / Écologisation / Changement social
Unité d'appartenance: Instituts > Institut des sciences de l'environnement (ISE)
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 20 nov. 2017 14:12
Dernière modification: 20 nov. 2017 14:12
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/10642

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...