Mondialisation et souveraineté de l'état : le projet souverainiste québécois est-il toujours pertinent?

D'Entremont-Sauvé, Marie-Hélène (2008). « Mondialisation et souveraineté de l'état : le projet souverainiste québécois est-il toujours pertinent? » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en science politique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Ce mémoire a pour but d'explorer les effets de la mondialisation sur la souveraineté de l'État ainsi que les défis qu'elle lui pose. Il porte principalement sur l'angle économique du phénomène de mondialisation. Nous voulons apporter des éléments de réflexion au débat sur la pertinence de la souveraineté politique du Québec dans le contexte de la mondialisation. Nous avançons que cette avenue politique est une option toujours pertinente dans le contexte mondial actuel et qu'elle est même souhaitable pour le développement futur du Québec. Nous exposons d'abord le cadre théorique sur lequel nous nous appuyons tout au long de ce mémoire. Ensuite, nous vérifions si la multiplication des organisations et des accords internationaux représentent effectivement une menace à la souveraineté de l'État. Pour ce faire, nous étudions les effets contraignants du Fonds monétaire international, de l'Organisation mondiale du commerce et de l'Accord de libre-échange Nord-Américain. Nous nous penchons aussi sur l'impératif de compétitivité qui incombe aux États dans le contexte de mondialisation. Finalement, nous voyons comment le Québec peut prendre exemple sur certains petits États européens comme l'Autriche ou les Pays-Bas qui connaissent des succès malgré leur grande ouverture économique, et ce, grâce à leur flexibilité et leur capacité d'adaptation face aux pressions extérieures de l'économie. Nous étudions les pratiques néocorporatistes qui caractérisent le fonctionnement interne de ces pays et nous nous penchons sur l'importance de la solidarité sociale dans le succès de ces pratiques. Nous découvrons comment il est possible de favoriser cette solidarité en nous appuyant sur le concept de capital social et nous terminons par la proposition de faire de la langue française l'élément identitaire rassembleur qui puisse renforcer les arrangements néocorporatistes et permettre un meilleur développement socioéconomique du Québec. Nous concluons que l'État n'est pas complètement contraint par la mondialisation mais que celle-ci comporte son lot de défis auxquels il doit répondre pour assurer sa prospérité dans une économie mondialisée. Nous croyons que le Québec possède des atouts majeurs pour assurer son développement et que la souveraineté politique lui permettrait de mieux les exploiter. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Mondialisation, Souveraineté, Québec, Capital social.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse:
TypeContributeurCourriel
Directeur de thèse Gagnon, Alain-G.gagnon.alain@uqam.ca
Mots-clés: État, Mondialisation, Souveraineté politique, Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté de science politique et de droit > Département de science politique
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 15 oct. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:06
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1129

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...