Le travail, lieu privilégié d'intégration : le cas de l'insertion socioprofessionnelle d'immigrants marocains à Montréal

Kadiri Hassani, Nadia (2008). « Le travail, lieu privilégié d'intégration : le cas de l'insertion socioprofessionnelle d'immigrants marocains à Montréal » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

L'intégration des immigrants tient une place de plus en plus importante dans les discours politiques des gouvernements successifs du Canada et du Québec. Leur préoccupation s'est notamment traduite par la mise en place de programmes visant à faciliter l'intégration linguistique, sociale et économique de ces nouveaux arrivants au sein de la société d'accueil. Néanmoins, le passage d'une société à l'autre ne se fait pas sans obstacles et les immigrants doivent encore relever plusieurs défis, notamment ceux reliés à l'accès à l'emploi. Intuitivement, nous pensions qu'une fois qu'un immigrant est intégré professionnellement, il se rapproche de ses concitoyens et que cela facilite son intégration générale (culturelle entre autres). Nous avons alors émis l'hypothèse de départ suivante: le travail est un lieu privilégié d'intégration pour les immigrants. Nous avons essayé d'établir la plausibilité de cette hypothèse par le biais des récits de pratiques de cinq immigrants marocains arrivés au Québec depuis au moins cinq ans. Par notre démarche, nous n'avons pas cherché à généraliser ou à dégager de grandes tendances, mais plutôt à présenter des visions possibles de la réalité: les perceptions, le vécu de certains immigrants marocains quant à leur intégration socioprofessionnelle à la société montréalaise. D'après les résultats de notre recherche, l'intégration par le travail serait l'aboutissement d'un processus que l'immigrant accomplit à travers un ensemble de pratiques sociales, dont la principale reste le fait de chercher / trouver un emploi qui le satisfait, qui répond à ses attentes et à ses compétences. De plus, cette intégration professionnelle serait éventuellement une ouverture pour une intégration plus générale puisque l'emploi permet d'élargir son cercle de connaissances et de se faire des amis, d'en apprendre davantage sur la société d'accueil, etc. Nous pensons que c'est par l'emploi aussi que l'immigrant peut contribuer à la lutte contre les préjugés et les discriminations, qu'il a l'occasion d'affirmer son identité culturelle et qu'au fil du temps, il développe son hybridité culturelle! Nous voyons ce mémoire comme un témoignage d'immigrants sur leur intégration socioprofessionnelle à la société d'accueil, mais aussi comme une occasion d'étoffer la base documentaire particulière à ce sujet. Mentionnons qu'il aurait été tout aussi intéressant de voir comment les immigrants marocains de Montréal tentent de s'intégrer culturellement à la société québécoise; question qui pourrait faire l'objet d'une recherche complémentaire ... ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Immigration, Immigrants marocains, Intégration socioprofessionnelle, Intégration par le travail, Récits de pratiques.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse:
TypeContributeurCourriel
Directeur de thèse Stoiciu, Ginastoiciu.gina@uqam.ca
Mots-clés: Immigrant marocain, Intégration sociale, Insertion professionnelle, Milieu de travail, Intégration des immigrants, Montréal (Québec)
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 oct. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:06
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1148

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...