L'impact du yoga sur l'attention et le rendement scolaire d'enfants de 5-6 ans

Brouillette, Emma (2008). « L'impact du yoga sur l'attention et le rendement scolaire d'enfants de 5-6 ans » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en kinanthropologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Les difficultés d'attention s'avèrent une véritable problématique pour un enfant d'âge scolaire puisqu'elles interfèrent avec les exigences de l'école. Les recherches des dernières années portant sur le trouble déficitaire de l'attention ont démontré le lien entre les problèmes d'attention et les troubles de l'apprentissage ainsi que l'augmentation du nombre d'enfants présentant des symptômes d'inattention. (American Psychiatric Association, 2001). Selon le ministère de l'Éducation du Québec (2003), le dépistage précoce, l'encadrement assuré par l'enseignant dès le préscolaire dans le cadre de programmes d'intervention systématiques et des programmes de prévention auprès de l'enfant sont des facteurs pouvant contribuer à diminuer les risques de développer des difficultés et augmenter le rendement scolaire. À cette fin, plusieurs auteurs soulignent l'importance d'intervenir dès le jeune âge pour prévenir l'aggravation des symptômes d'inattention (Rappaport, G.C., Ornoy, A. et Tenenbaum, A., 1998) et améliorer le potentiel attentionnel du jeune enfant (Duarte et Baer, 1994; Paour et Cèbes, 2003; Rouillard, Chartrand et Chevalier, 2006; Chevalier, Guay, Achim, Lageix et Poissant, 2006). Par ailleurs, le yoga attire de plus en plus d'adeptes tant pour ses vertus physiques que mentales, mais très peu s'intéressent à son usage auprès d'enfants du préscolaire et encore moins au lien entre le yoga et les facultés cognitives (Jensen et Kenny, 2004; Rossner, 1995). L'objectif de cette recherche était de mesurer l'impact d'un programme d'intervention en yoga sur l'attention soutenue, l'attention sélective, les comportements d'inattention et d'hyperactivité et les compétences au préscolaire. En regard des objectifs posés, nous avons émis les hypothèses suivantes: Les sujets qui auront bénéficié du programme d'intervention en yoga diminueront leurs comportements d'inattention et d'hyperactivité, obtiendront des résultats supérieurs aux tests d'attention soutenue et d'attention sélective, augmenteront leurs capacités d'inhibition et obtiendront des résultats supérieurs aux compétences au préscolaire, comparativement aux élèves qui n'auront pas suivi ce programme. Un programme de yoga énergétique a été créé spécifiquement pour répondre aux objectifs de la recherche, en tenant compte du développement moteur et cognitif d'enfants de 5 à 7 ans (Lacharme, 2007). Ce programme consiste en 48 séances échelonnées sur 12 semaines, soit 4 séances de 30 minutes par semaine. Le programme a été expérimenté auprès de 19 élèves du préscolaire âgés de 5-6 ans, d'une école de la Commission Scolaire Marie-Victorin. Dix-neuf élèves d'une autre classe, en attente de l'intervention, ont participé comme groupe témoin. Les deux groupes ont été évalués en pré-test et en post-test dans différentes tâches d'attention sélective (sous-test d'attention de la NEPSY et sous-test d'attention expressive du CAS) et d'attention soutenue (K-CPT). Deux questionnaires, remis aux enseignants, ont permis d'évaluer les comportements d'inattention et d'hyperactivité de l'élève (DuPaul, G.J., Pawer, T.L., Anastopoulos, A.D. et Reid, R., 1998; Chevalier et Simard, 2006). Cette étude n'a pu démontrer l'efficacité du programme d'intervention sur les fonctions cognitives (attention soutenue, attention sélective et capacités d'inhibition) et sur les comportements d'hyperactivité. Les participants ayant bénéficié du programme de yoga ne se démarquent pas par ces mesures de ceux qui n'ont pas reçu l'intervention. Cependant, notons que les élèves du groupe expérimental n'ont pas augmenté leurs symptômes comportementaux d'inattention entre le début et la fin de l'intervention, comme ce fut le cas du groupe témoin. Par contre, des effets d'interaction significatifs à l'avantage du groupe expérimental ont été démontré pour les variables dépendantes reliées à trois compétences du préscolaire: 1) Agir avec efficacité dans différents contextes sur le plan sensoriel et moteur; 2) Communiquer en utilisant les ressources de la langue; et 3) Construire sa compréhension du monde. Le groupe expérimental a amélioré le score global de ces compétences scolaires, comparativement à ceux qui étaient en attente de l'intervention. Les résultats obtenus suggèrent que le yoga peut occuper une place dans le curriculum du préscolaire.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Chevalier, Nicole
Mots-clés ou Sujets: Yoga, Rendement scolaire, Attention, Maternelle (École)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département de kinanthropologie
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 21 oct. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:06
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1161

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...