Les points de vue d'immigrants indépendants Burundais sur leur insertion socioprofessionnelle au Québec

Nzobonimpa, Brigitte (2008). « Les points de vue d'immigrants indépendants Burundais sur leur insertion socioprofessionnelle au Québec » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en intervention sociale.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Ce mémoire porte sur l'insertion socioprofessionnelle des immigrants indépendants de la région des Grands Lacs en l'occurrence les Burundais. De nombreuses recherches portent sur les questions relatives à l'immigration mais peu d'études se sont intéressées à l'insertion socioprofessionnelle de ces immigrants. Ce constat nous a amenés a vouloir explorer des stratégies d'insertion socioprofessionnelle des immigrants indépendants burundais en terre d'accueil et de rechercher leur point de vue face aux problèmes d'accès à l'emploi. Dans une optique de trajectoire de migration, une attention particulière a été portée sur les stratégies d'insertion socioprofessionnelle. Pour mieux cerner leurs satisfactions face au processus d'insertion socioprofessionnelle dans la société d'accueil. Nous avons également accordé une place importante au quotidien post-migratoire de ces répondants. Sur ce, quelques questions secondaires ont permis d'approfondir le sujet afin de bien saisir le point de vue de ces répondants. Dans la même perspective, nous avons décidé d'effectuer une étude de type exploratoire-qualitative avec la participation de huit répondants: quatre femmes et quatre hommes nouvellement arrivés au Québec depuis au moins cinq ans. Cette recherche utilise l'entretien semi-structuré comme outil de collecte de données. Les résultats révèlent une variation des conditions d'accès à l'emploi selon le domaine à partir duquel une personne veut s'insérer. Tout d'abord, il est apparu clairement que la multiplication des stratégies choisies par les répondants peut porter fruit. Si la formation antérieure et la connaissance de la langue française font partie intégrante du processus migratoire, elles ne garantissent pas pour autant l'insertion au marché du travail. Suite à leur migration, tous nos répondants rapportent qu'à leur arrivée au Québec, ils ont eu du mal à prendre effectivement le contrôle du processus de leur insertion socioprofessionnelle. Ainsi, ils ont d'abord traversé une situation précaire. Mais ils comptent tous sur le long terme, avec l'espoir d'atteindre une situation socioprofessionnelle semblable à celle d'avant leur émigration. C'est pourquoi, les répondants ont accordé un intérêt particulier aux réseaux qui permettent d'accélérer la dynamique de leur insertion socioprofessionnelle. Le contexte exploratoire de l'étude nous a permis d'élargir l'analyse des processus d'insertion socioprofessionnelle des ressortissants de la région des Grands Lacs à des thématiques qui en dépassent le cadre initial du marché de travail. Ce mémoire s'achève sur une discussion montrant la nécessité, pour les intervenants sociaux, de s'engager davantage dans un processus de réévaluation des politiques d'intervention et d'analyse du processus d'insertion socioprofessionnelle des immigrants nouvellement arrivés. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Immigration, Burundais, Insertion socioprofessionnelle, Discrimination, Stratégies d'insertion Socioprofessionnelle et intégration.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Berteau, Ginette
Mots-clés ou Sujets: Intégration des immigrants, Discrimination, Intégration sociale, Insertion professionnelle, Immigrant burundais, Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > École de travail social
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 31 oct. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:06
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1243

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...