1996 : la rupture dans la politique de sécurité australienne

Déry-Ouellette, Marie-Pier (2008). « 1996 : la rupture dans la politique de sécurité australienne » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en science politique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

La problématique de ce mémoire interroge la façon dont l'Australie a redéfini ses menaces et son identité depuis la fin de la guerre froide. Depuis la fin de la guerre froide, peut-on parler de rupture dans les relations de sécurité australienne et si oui, quand se produit-elle et comment l'expliquer? Telle est la question de ce mémoire. Concernant la période donnée, deux pistes de recherche sont selon nous, plausibles. La première piste de recherche est que ce sont les attentats du 11 septembre qui sont l'événement déclencheur de cette rupture. La deuxième hypothèse soutient que la rupture date plutôt de 1996. Dans ce mémoire, c'est cette hypothèse qui sera étudiée. L'invalidité de la première hypothèse sera démontrée dans l'introduction. Depuis la fin de la guerre froide, il est possible d'observer une rupture dans la politique de sécurité australienne. La rupture a lieu en 1996 lors de l'élection de John Howard. Nous avons choisi d'illustrer cette rupture en démontrant le changement de politique qui survient lors de l'alternance du gouvernement en étudiant précisément les relations de sécurité entre l'Australie et l'Indonésie, la Chine et les États-Unis. Ce mémoire, dans sa première partie le chapitre 1, présente la politique de sécurité australienne depuis la fin de la guerre froide. Ensuite, dans sa deuxième partie chapitre 2, il explique la rupture de 1996 à l'aide de nos outils conceptuels, le facteur décisionnel et le facteur régional. Concernant le facteur décisionnel, nous croyons que l'approche perceptuelle s'est ainsi imposée pour expliquer les causes internes de la rupture de 1996, car elle permet de reconstituer l'univers des décideurs. La clé pour comprendre les agissements d'un État réside dans la perception des chefs d'États. Aussi l'influence du changement de personnel politique sur la formulation de la politique de sécurité est un facteur utilisé dans notre explication de cette rupture. Le Cabinet est un élément important, puisque le Premier ministre est à sa tête et décide de l'agenda et des sujets de discussions. Ensuite, nous avons utilisé le facteur régional dans ce deuxième chapitre pour expliquer les causes externes de cette rupture. L'accentuation de la prédominance américaine sur l'agenda de sécurité, ainsi que le changement de la perception australienne dans la sphère asiatique ont été des concepts utilisés pour expliquer les causes externes de cette rupture. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Politique de sécurité, Australie, 11 septembre 2001, Chine, États-Unis, Indonésie, Régionalisme, Alliancisme, John Howard, Paul Keating, Alternance politique.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: David, Charles-Philippe
Mots-clés ou Sujets: 1990-1999, 2000-2009, Politique étrangère, Politique gouvernementale, Sécurité nationale, Australie
Unité d'appartenance: Faculté de science politique et de droit > Département de science politique
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 19 nov. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:07
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1315

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...