La dialectique immaturité/maturité dans les romans Ferdydurke de Witold Gombrowicz et La vie est ailleurs de Milan Kundera

Hudon, Laurie (2008). « La dialectique immaturité/maturité dans les romans Ferdydurke de Witold Gombrowicz et La vie est ailleurs de Milan Kundera » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Ce mémoire vise à comparer la manière dont Witold Gombrowicz et Milan Kundera conçoivent la dialectique immaturité/maturité, afin de dégager la portée critique qu'elle comporte. Parce qu'ils mettent en scène des personnages qui éprouvent un sentiment de fascination-répulsion à l'égard de leur propre immaturité, et oscillent constamment entre un profond désir d'autonomie et un besoin viscéral d'adhérer à des formes établies, les romans Ferdydurke et La vie est ailleurs explorent les paradoxes de l'homme moderne: ne pouvant plus compter ni sur la transcendance ni sur des traditions ancestrales, ce dernier se retrouve piégé dans un monde qui lui semble de plus en plus énigmatique. Une étude comparative de la dialectique immaturité/maturité -sur les plans psychologique, anthropologique, poétique, biologique et socio-historique, -permet de découvrir le regard que ces romanciers centre-européens posent sur le monde moderne. Malgré les nombreuses similitudes existant entre l'oeuvre de Gombrowicz et celle de Kundera -ces derniers mènent un combat pour libérer l'écriture romanesque de tous les discours idéologiques et illusions esthétiques qui empêchent l'écrivain de rendre compte avec lucidité du monde réel -, il demeure que ces romanciers accordent une valeur différente aux notions d'immaturité et de maturité. D'une part, pour Gombrowicz, l'immaturité revêt deux significations opposées: la première, puisqu'elle traduit l'inaccomplissement naturel de l'homme, est synonyme d'anti-forme et devient un moteur de la subversion des lieux communs et des idées établies; la seconde, parce qu'elle est imposée par le monde extérieur et qu'elle camoufle tout ce qui est informe sous une fausse maturité, emprisonne l'homme dans une forme qui ne l'exprime pas totalement. D'autre part, chez Milan Kundera, l'immaturité désigne l'attitude de ceux qui, déterminés à gommer la complexité du monde, se créent un univers parallèle dans lequel les imperfections de la vie sont totalement évacuées, ou encore adhèrent à des mouvements idéologiques proposant une vision réductrice de la réalité. Au terme de notre recherche, il est permis d'affirmer que la principale différence existant entre la manière dont ces deux romanciers centre-européens conçoivent l'opposition entre l'immaturité et la maturité réside dans le fait que, contrairement à Gombrowicz qui estime que l'homme est à la fois immature et mature et s'efforce, notamment dans Ferdydurke, de rendre compte du chaos qui habite chaque individu, Kundera condamne avec véhémence tout ce qui a trait à l'immaturité et aspire à faire du roman le genre par excellence de la maturité. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Immaturité, Maturité, Roman, Modernité, Individu, Jeunesse.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Garand, Dominique
Mots-clés ou Sujets: Gombrowicz Witold 1904-1969, Gombrowicz Witold 1904-1969 Ferdydurke, Kundera Milan 1929-, Kundera Milan 1929- Zivot je jinde, Maturité psychique, Modernité
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 25 nov. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:07
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1351

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...