Le statut des règles morphophonologiques en grammaire générative

Dorat, Hélène (2006). « Le statut des règles morphophonologiques en grammaire générative » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en linguistique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Dans ce mémoire, l'objet d'étude est le statut des règles morphophonologiques dans la grammaire générative. L'hypothèse d'une grammaire structurée en différentes composantes fut développée dans les travaux de Chomsky (1965,1970,1981). Pourtant, dans la littérature en général, se trouvent des règles qui mélangent des éléments tirés de différentes composantes. Un cas de règle mixte est présenté dans le premier chapitre en prenant comme exemple les adjectifs du français qui servent à construire les adverbes en -ment. Le deuxième chapitre est consacré à l'étude des théories nécessaires pour illustrer l'importance que soulève la question des règles morphophonologiques dans la grammaire générative. Un bref historique est présenté de ce qui a été fait depuis les structuralistes avec Hockett (1958) notamment, jusqu'aux avancées théoriques que représentent la phonologie auto-segmentale de Goldsmith (1976) et de McCarthy (1979) pour la phonologie et de la théorie morphologique d'Anderson (1980), de Lumsden (1987), de Halle et Marantz (1993) pour la morphologie. Le troisième chapitre est consacré à l'application actuelle de l'ouverture théorique qu'a représenté la phonologie auto-segmentale. Ceci avec l'étude de la thèse de doctorat de Pagliano (2003). La base de son analyse est le cadre phonologique auto-segmental de la théorie du gouvernement classique (Kaye & al. 1990, Charrette. 1991, Harris. 1994) centrée sur la structure syllabique. L'objet spécifique de son étude sur les adverbes en -ment du français (Pagliano 1999a), est de prouver que ceux-ci se forment sur la base phonologique de l'adjectif sans passer par la forme morphologique du féminin. En transformant ainsi un «objet morphologique» en un élément phonologique interprétable strictement dans la composante phonologique, Pagliano (2003) répond à la question sur les statuts des règles morphophonologiques puisqu'elle permet de rendre obsolète l'élément morphologique. Mais ce mémoire montre que son étude n'est pas assez exhaustive au niveau de ses données adverbiales pour pouvoir rendre compte de l'allomorphie aléatoire qui reste encore le problème central des théories morphologiques. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Statut règles morpho phonologiques, Étude allomorphie aléatoire.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Mots-clés ou Sujets: Grammaire générative, Morphophonologie, Adverbe
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de linguistique
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 16 janv. 2009
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:08
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1664

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...