Mécanismes de développement propre de reboisement : développement durable ou éco-colonialisme pour les communautés autochtones? Études de cas d'Ipeti-Emberá

Hutchinson, Saleema (2008). « Mécanismes de développement propre de reboisement : développement durable ou éco-colonialisme pour les communautés autochtones? Études de cas d'Ipeti-Emberá » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Afin d'aider les pays industrialisés à atteindre leurs objectifs de réduction de gaz à effet de serre, le protocole de Kyoto inclut trois mécanismes de flexibilité, dont le Mécanisme pour un Développement Propre (MDP). L'article 12.2 du protocole stipule que l'objet du MDP est également d'aider les « pays en développement » à parvenir à un « développement durable ». Cette recherche se penche sur la pertinence d'un mécanisme de marché, conçu par des instances internationales, mais appliqué dans des communautés locales. À l'aide d'une étude de cas, employant des stratégies de collecte de données qualitatives, la recherche explore le rapport que la communauté autochtone d'Emberá à Ipeti au Panama entretient envers le projet de séquestration de carbone de reboisement qui s'élabore sur leur territoire. L'étude s'inspire du champ théorique des représentations sociales et tente d'exposer les différentes visions du monde impliquées dans l'établissement d'un projet de MDP. En identifiant les éléments de représentations sociales qu'ont les Emberá de la forêt, du développement et du projet de MDP, la recherche met de l'avant les besoins concrets d'une communauté dépendant de la nature pour leur survie et ainsi, offre une analyse critique du développement durable et de l'approche technoscientifique des stratégies employées pour répondre aux problèmes liés aux changements climatiques. À la lumière des changements que le développement de la région implique dans les sphères tant individuelle que collective et environnementale de la réalité des Emberá, plusieurs questions sont soulevées quant à la capacité d'un projet MDP de reboisement de participer à l'amélioration de la qualité de vie d'une communauté autochtone, pauvre et marginalisée. De plus, les objectifs du marché d'échange de « crédits de carbone » sont remisent en question. Le fait de planter des arbres dans les pays du Sud pour compenser les émissions excessives de gaz à effet de serre dans les pays du Nord apparaît comme une forme de colonialisme écologique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Mécanisme de développement propre (MDP), Communauté autochtone, Emberá, Forêt, Reboisement, Développement durable, Qualité de vie, Représentations sociales, Éco-colonialisme.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Sauvé, Lucie
Mots-clés ou Sujets: Reboisement, Développement durable, Autochtone, Représentation sociale, Mécanisme de développement propre
Unité d'appartenance: Instituts > Institut des sciences de l'environnement (ISE)
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 23 janv. 2009
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:08
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1696

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...