Le potentiel éducatif de projets d'action sociale en agriculture : le cas de la coopérative de solidarité La Mauve

Bouchard, Véronique (2008). « Le potentiel éducatif de projets d'action sociale en agriculture : le cas de la coopérative de solidarité La Mauve » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Dans un contexte où l'agriculture et l'alimentation semblent de plus en plus en rupture avec l'environnement, à la fois naturel et social, on assiste à l'émergence de plusieurs projets d'action sociale qui tentent de définir de nouveaux modèles de production et de consommation, dans un souci de santé des individus, des communautés et des écosystèmes. Certains projets d'action sociale présentent un potentiel éducatif pour renforcer les relations entre les personnes, la société et l'environnement « agri-culturel », comme les fermes pédagogiques et de démonstration, les marchés fermiers, les jardins collectifs, les réseaux de sécurité alimentaire, l'agriculture soutenue par la communauté ou certaines coopératives de solidarité, Au Québec, on dénombre plusieurs projets d'action sociale dans le domaine agroalimentaire mais ces derniers sont très peu documentés et leur potentiel éducatif n'a encore jamais été examiné, De même, la recherche en éducation a peu exploré jusqu'ici l'éducation en contexte d'action sociale. Cette recherche propose de caractériser la dimension éducative des activités d'une coopérative de solidarité en agriculture et d'en saisir les enjeux. Il s'agit d'une part, de mieux saisir le potentiel éducatif de tels projets d'action sociale en agriculture afin de contribuer au déploiement de ce potentiel, et d'autre part, d'enrichir le champ théorique et pratique de l'éducation relative à l'environnement appliquée aux questions agroalimentaires. Dans un premier temps, la recherche s'intéresse à la façon dont les membres de la coopérative La Mauve développent une action individuelle et collective en lien avec leur compréhension de la problématique socio-écologique dans le secteur agroalimentaire. Dans un deuxième temps, elle examine l'apprentissage informel et les processus de co-construction des savoirs émergeant de la dynamique d'interaction entre les membres de la coopérative. Dans un troisième temps, elle caractérise l'action éducative non formelle de la coopérative auprès du public régional et de ses membres. L'étude de cas de La Mauve a permis de rencontrer plusieurs membres à travers des entretiens individuels, un groupe de discussion, l'observation d'une réunion d'orientation et d'une fête à caractère éducatif. Au terme de cette recherche, il ne fait aucun doute que la coopérative La Mauve apporte à sa communauté locale une réelle contribution à l'éducation dans le domaine de l'agroalimentaire, et plus particulièrement en matière d'éducation relative à l'environnement (au sens de l'amélioration du réseau des relations entre personne-société-environnement). D'une part, elle organise des activités éducatives destinées au grand public et contribue à la diffusion de savoirs relatifs à l'agriculture et l'alimentation à travers un bulletin d'information destiné à ses clients abonnés à un panier hebdomadaire. D'autre part, en créant un réseau de mise en marché locale en agriculture, la coopérative offre des occasions d'échange. de partage et de construction collective des savoirs entre différents acteurs du milieu (agriculteurs, citoyens, travailleurs de la coopérative, dirigeants politiques, etc.). Il peut s'agir aussi bien de connaissances agronomiques ou techniques relatives à la pratique agricole, d'habiletés ou de savoir-faire culinaires pour découvrir ou redécouvrir les aliments régionaux que de valeurs ou de compétences éthiques pour appréhender divers problèmes socio-écologiques. D'une façon plus globale, cette éducation contribue ainsi à la transformation socioculturelle du rapport à l'agriculture et l'alimentation. Les processus d'apprentissage qui se déroulent au sein de la coopérative (ou grâce à la coopérative) permettent d'enrichir les représentations des personnes qui gravitent autour d'elle, et plus particulièrement des membres qui y sont impliqués. Cette compréhension plus globale des problématiques socio-écologiques du secteur agroalimentaire accroît le pouvoir d'action des individus et des collectivités. Étant mieux à même de comprendre les problématiques qui les affectent, les personnes sont davantage outillées pour proposer des solutions et développer à cet effet des stratégies d'action. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Action sociale, Agriculture et alimentation, Apprentissage, Éducation relative à l'environnement, Représentations sociales.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Sauvé, Lucie
Mots-clés ou Sujets: Action sociale, Éducation relative à l'environnement, Agriculture, Alimentation, Éducation informelle, Représentation sociale
Unité d'appartenance: Instituts > Institut des sciences de l'environnement (ISE)
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 23 janv. 2009
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:08
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1697

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...