La superposition des mémoires dans le roman de l'immigration Elinor Preston, or, Scenes at home and abroad (1861) de Mary Anne Sadlier

Caron, Anne (2006). « La superposition des mémoires dans le roman de l'immigration Elinor Preston, or, Scenes at home and abroad (1861) de Mary Anne Sadlier » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB)

Résumé

Mary Anne Madden Sadlier est une écrivaine méconnue dont l'oeuvre mérite une attention critique puisqu'elle a été l'une des premières écrivaines irlandaises à s'intéresser au motif de l'immigration. L'étude de ses romans permet une lecture neuve de ce qui est aujourd'hui appelé les «écritures migrantes» par le biais d'une oeuvre qui les précède. Le roman Elinor Preston; or, Scenes at Home and Abroad, publié en 1861, met en scène une protagoniste en transition, en équilibre entre deux pays, entre deux mondes. Le roman illustre de façon singulière l'expérience d'immigration du personnage Elinor Preston, car, étant écrit au «je», il dévoile sa subjectivité dans l'écriture de son autobiographie. La mémoire à l'oeuvre dans le roman se déploie à deux niveaux: personnelle et collective -dans les souvenirs des proches et des paysages -et en divers types: culturelle, savante et nationale. Chez Elinor Preston, le rappel des souvenirs fait émerger des émotions qui leur sont liées et qui se libèrent à travers l'acte d'écriture. La mémoire qui les révèle est imaginative, affective ou sensitive, selon la façon dont l'émotion s'est fixée au souvenir et dont elle s'évacue lors du rappel. La plupart d'entre elles sont liées à des souvenirs douloureux, comme le décès des êtres chers, ce qui permet au travail de deuil de s'accomplir, peu importe la façon dont ces émotions s'expriment. Le premier chapitre pose les bases théoriques nécessaires à l'analyse de la mémoire. Cette analyse s'amorce par une représentation de la mémoire comme un métissage de plusieurs mémoires qui se superposent et s'entrecroisent dans la narration des souvenirs qui, elle, est chronologique. Les trois temps du récit de la narratrice sont: la jeunesse en Irlande, le voyage vers l'Amérique et l'immigration au Québec. De la mise en scène d'une protagoniste immigrante qui se souvient de son passé se dégage une vision à multiples facettes d'une écrivaine irlandaise sur ce même pays dans lequel elle a immigré. Le deuxième chapitre illustre la façon dont la mémoire des gens se déploie à travers le récit des décès de certains membres de la famille, ainsi que de la rencontre d'autres personnages durant le voyage vers l'Amérique et la vie au Bas-Canada. L'analyse du récit des décès met en lumière la stratégie mise en oeuvre dans le roman: plus le récit progresse, moins l'auteure accorde d'importance à la description corporelle de la mort. La narratrice, par un travail de réflexion sur les souvenirs, fait le deuil des gens aimés et se prépare, en toute spiritualité, à la mort imminente. Elle apprend ainsi à apprécier la société canadienne-française pour laquelle elle ne sentait pas d'affinités à son arrivée. L'hommage qu'elle rend à sa famille, au peuple irlandais et à la société d'accueil en racontant leur histoire crée une trace matérielle à l'épreuve du temps qui passe, car son manuscrit se déplace de mains en mains, de lecteurs en lecteurs. La trace sépulcrale qu'elle a laissée est le symbole d'une héroïne qui demeure discrète et solitaire dans son village d'accueil. Enfin, le troisième chapitre explore la mémoire du paysage qui, comme la mémoire du peuple irlandais, participe au travail de deuil du pays natal chez l'héroïne de Sadlier. Cette dernière, par l'écriture mémorielle, maintient pendant un certain temps une vision idéalisée, presque idylique de l'Irlande. Elle doit toutefois s'adapter à la vie canadienne-française, elle intègre à son imaginaire la part d'inconnu et de nouveauté de ce territoire. Il en résulte une surimpression des paysages d'Irlande sur ceux du Bas-Canada, ce qui produit un nouveau décor intériorisé. La mémoire du paysage s'exprime dans le roman à travers deux modes esthétiques, celui du sublime et celui du pittoresque, ainsi que par le locus amoenus, qui est une forme d'appropriation du paysage dont la description, en respectant un certain modèle depuis l'Antiquité, perpétue le cliché. L'utilisation judicieuse que Sadlier fait de ces trois procédés permet toutefois d'éviter les stéréotypes dans la description des paysages, et représente le paysage canadien-français de façon tout à fait singulière. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Mémoire, Littérature de l'immigration, Deuil, Émotions, Paysage, Irlande, Québec, Bas-Canada, Canada français, Mary Anne Sadlier, Catholicisme, XIXe siècle.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Chartier, Daniel
Mots-clés ou Sujets: Sadlier J. Mrs. 1820-1903, Littérature migrante, Mémoires, Catholicisme, 19e siècle, Immigrant irlandais, Souvenir, Bas-Canada, Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 févr. 2009
Dernière modification: 05 avr. 2017 08:43
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1720

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...