Phénoménologie et art minimal : la dialectique oeuvre-objet dans l'esthétique phénoménologique à l'épreuve de l'art minimal

Chagnon, Katrie (2008). « Phénoménologie et art minimal : la dialectique oeuvre-objet dans l'esthétique phénoménologique à l'épreuve de l'art minimal » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études des arts.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Cette étude porte sur la conception de l'oeuvre d'art et de l'expérience esthétique défendue par la phénoménologie -entendue comme réflexion philosophique sur l'apparaître des phénomènes -et sur sa convergence dans les approches discursives de l'histoire de l'art. Son principal objectif est d'expliquer la corrélation qui existe entre les fondements esthétiques de la phénoménologie et le corpus des oeuvres commentées et édifiées par ce champ de pensée. Guidée par l'hypothèse d'une tension essentielle au coeur de l'esthétique phénoménologique, surtout étudiée dans son courant heideggerien, notre recherche interroge les notions d'oeuvre et d'objet qu'on y retrouve, conçues selon un rapport dialectique ou dichotomique. C'est autour du cas particulier de l'art minimal des années soixante que cette problématique générale est développée ici. L'idée d'une ambiguïté entre le statut d'objet de l'oeuvre (en tant que chose matérielle et sensible) et sa dimension transcendante (comme événement) rejoint des enjeux spécifiques de l'art minimal, mis en place par Michael Fried dans son texte « Art and Objecthood » (1967). À partir d'une démarche critique, nous analysons les relations complexes qui relient l'univers théorique et l'expérience de cet art au discours phénoménologique. Il s'agit plus précisément d'interroger la phénoménologie à partir de l'art minimal, en observant les divergences qui s'expriment dans les interprétations contemporaines de ce « courant ». Cette posture méthodologique permet de révéler certaines difficultés dans le développement de la tradition philosophique étudiée, notamment dans la constitution d'un « modèle esthétique » restreint, lequel pose problème en regard de l'art contemporain. En ce sens, notre réflexion s'inscrit dans une perspective d'ouverture et vise à définir certaines possibilités et limites de la phénoménologie de l'art. Nous voulons ainsi contribuer aux discussions épistémologiques qui caractérisent la situation actuelle des recherches dans ce domaine. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Esthétique, Philosophie de l'art, Phénoménologie, Art minimal, Objet, Événement.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Uzel, Jean-Philippe
Mots-clés ou Sujets: Esthétique, Minimalisme, Phénoménologie, Philosophie de l'art
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'histoire de l'art
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 févr. 2009
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:08
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/1773

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...