UQAM - Université du Québec à Montréal
Archive de publications électroniques
UQAM ›  Archive de publications électroniques ›  Analyse du développement de la notion de preuve dans une collection du secondaire

Analyse du développement de la notion de preuve dans une collection du secondaire

Tanguay, Denis (2002). « Analyse du développement de la notion de preuve dans une collection du secondaire » Mémoire. Montréal, Université du Québec à Montréal, Maîtrise en mathématiques (concentration didactique), 256 p.

Fichier(s) associé(s) à ce document :

[img]
Prévisualisation
PDF
1270Kb

Résumé

En élaborant le présent mémoire, nous avons cherché à mieux comprendre comment se développe la notion de preuve dans le cheminement d'apprentissage d'un élève du secondaire. Dans cette optique, nous avons d'abord fait le point sur notre propre expérience d'enseignement et sur nos réflexions personnelles, suscitées entre autres par deux expérimentations conduites par nous dans le cadre du cours d'Initiation à la recherche en didactique des mathématiques. Nous avons ensuite cherché à retracer quels objectifs des programmes du MEQ se rapportent à l'apprentissage de la preuve, et que suggèrent ces programmes pour que ces objectifs soient atteints. Nous avons pu constater que cet apprentissage y passe avant tout par l'étude de la géométrie. La lecture de deux articles de R. Thom et R. Bkouche nous a permis de mieux cerner les liens privilégiés entre géométrie et apprentissage de la preuve. Ceux-ci sont profonds, incontournables, entre autres parce que les concepts et raisonnements géométriques occupent une position charnière entre le « sensible » et le « formel ». Nous avons alors arrêté l'objet précis de notre étude : l'apprentissage de la preuve, tel que véhiculé par les problèmes de géométrie synthétique, dans une collection du secondaire. Dans le but d'élaborer une grille d'analyse, nous avons dégagé la notion de « schéma de bipolarisation » des réflexions sur la preuve d'É. Barbin, de G. Hanna, G. Brousseau, N. Balacheff et N. Rouche. À partir des schémas de bipolarisation suggérés par leurs travaux, nous avons édifié notre propre typologie des preuves et par suite, notre grille d'analyse des problèmes. Après une classification des problèmes de la collection à l'étude selon cette grille, nous avons interprété et analysé cette classification, pour conclure sur les aspects de l'apprentissage de la preuve que nous évaluons comme mal « gérés » dans la collection : transition non suffisamment graduelle du sensible au formel (très peu de problèmes qui sollicitent une validation hybride, niveau de formalisation trop longtemps stationnaire, rôle ambigu de la géométrie des transformations dans le processus de formalisation, etc.), prépondérance des applications directes et des déductions locales sur les séquences déductives, intérêt et mode de présentation des résultats qui ne favorisent pas une « attitude de preuve », etc.

Type de document : Mémoire accepté
État du document : Accepté
Mots-clés : DIDACTIQUE DES MATHÉMATIQUES, GÉOMÉTRIE, PREUVE, DÉMONSTRATIONS EN GÉOMÉTRIE, APPRENTISSAGE DE LA PREUVE
Unité d'appartenance : Faculté des sciences > Département de mathématiques
Code ID : 2144
Déposé par : Dr Denis Tanguay
Déposé le : 04 juin 2009 08:58
Dernière modification : 04 juin 2009 08:58

Modifier les métadonnées de ce document.

Voir les statistiques sur cinq ans...