Évaluation longitudinale de l'efficacité d'une nouvelle intervention dyadique, brève et précoce visant la prévention du TSPT

Bousquet Des Groseilliers, Isabeau (2009). « Évaluation longitudinale de l'efficacité d'une nouvelle intervention dyadique, brève et précoce visant la prévention du TSPT » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

La présente thèse s'intéresse à l'évaluation de l'efficacité à court et à long terme d'une nouvelle intervention dyadique, brève et précoce ayant pour but la prévention du trouble de stress post-traumatique (TSPT). L'exposition à un événement traumatique provoque, chez certains individus, une souffrance émotionnelle considérable qui entrave leur fonctionnement quotidien de manière parfois importante. Au cours des deux dernières décennies, des interventions curatives efficaces ont été créées, soit la thérapie cognitive-comportementale (TCC) et la désensibilisation par mouvement oculaire (EMDR). On remarque cependant un manque criant d'interventions efficaces à court et à long terme qui ont pour but la prévention du TSPT, malgré les efforts du débriefing et de la TCC brève en ce sens. Cette thèse vise donc, dans un premier temps, à faire le point sur l'état des connaissances au niveau de l'efficacité des interventions précoces et, dans un deuxième temps, évaluer de manière empirique l'efficacité à moyen (3 mois) et surtout à long terme (2 ans) d'une nouvelle intervention dyadique, brève et précoce pour prévenir le TSPT. La nouvelle intervention dont il est question dans le présent ouvrage se déroule en deux séances et est offerte à la victime et une personne-soutien de son choix par une travailleuse sociale ou une infirmière. Elle met l'accent sur la psychoéducation, l'apprentissage à la communication exempte de soutien social négatif (minimisation, hostilité, impatience, etc.) et sur l'importance de ne pas éviter les stimuli associés à l'événement traumatique. La thèse comporte quatre chapitres. Le premier propose une recension de la littérature qui met à jour les principales conclusions quant à l'efficacité du débriefing et de la TCC brève pour prévenir le TSPT. Cette recension met en évidence les principales failles méthodologiques et les difficultés d'application de ces interventions. De plus, elle expose le rationnel derrière l'utilisation du soutien social comme ingrédient actif d'une intervention de prévention de ce trouble. Le second chapitre présente une étude d'efficacité randomisée et contrôlée de l'efficacité de la nouvelle intervention. Soixante-six participants ont été randomisés soit dans la condition intervention ou dans la condition de contrôle. Les résultats ont démontré qu'au post-test de trois mois, les participants de la condition intervention manifestaient des symptômes de TSPT significativement moins intenses que ceux de la condition contrôle. De plus, les participants de la condition intervention rapportent une diminution significative du soutien social perçu, contrairement aux participants de la condition de contrôle qui n'observent pas cette différence. Il est intéressant de souligner que le taux d'abandons en cours de traitement fut équivalent et très bas au sein des deux groupes. Ceci suggère que les participants tolèrent bien cette nouvelle intervention. Aucune différence n'a été observée entre les deux groupes en ce qui a trait à l'occurrence de psychopathologies comorbides. Le troisième chapitre se veut une relance à 2 ans post-trauma de l'étude présentée au chapitre précédent. Quarante-six des 66 participants ont accepté de prendre part à cette relance. Les résultats révèlent que, deux ans après l'événement traumatique, les participants ayant reçu l'intervention étaient encore beaucoup moins symptomatiques que les participants n'ayant pas reçu cette intervention. Un fait plus qu'intéressant qui ressort de cette étude est qu'aucun participant de la condition intervention ne rapporte un TSPT et cinq participants de la condition contrôle souffrent encore de ce trouble deux ans après l'événement traumatique. Parallèlement, il a été observé que les participants ayant reçu l'intervention perçoivent encore moins de soutien social négatif que ceux de la condition contrôle. À l'instar de ce qui a été rapporté au post-test de trois mois, les deux groupes ne révèlent pas de différence significative par rapport à la manifestation d'autres affections psychologiques. Le quatrième et dernier chapitre propose une discussion générale des résultats en fonction des interprétations qui peuvent en être tirées, des différentes forces et limites intrinsèques ainsi que des implications théoriques et cliniques qui peuvent en découler. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Trouble de stress post-traumatique, Prévention secondaire, Soutien social, Étude randomisée et contrôlée, Étude longitudinale.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Marchand, André
Mots-clés ou Sujets: Étude longitudinale, Intervention précoce, Névrose post-traumatique, Prévention des maladies
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 24 sept. 2009 13:32
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:10
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/2282

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...