L'agression dans un monde incertain : une étude expérimentale chez le moineau domestique (Passer domesticus)

Bouchard-Kerr, Phoenix (2006). « L'agression dans un monde incertain : une étude expérimentale chez le moineau domestique (Passer domesticus) » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en biologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (890kB)

Résumé

Lorsque les animaux s'approvisionnent en groupe, ils mangent souvent de la nourriture découverte par leurs congénères. Si la parcelle est divisible, les individus peuvent exploiter par cleptoparasitisme la nourriture découverte par d'autres, soit de manière passive ou de manière agressive. Dans un tel contexte, l'agressivité individuelle (c.-à-d. la probabilité d'être agressif lors d'une rencontre avec un compétiteur) est censée être influencée par plusieurs facteurs écologiques, explorés par des modèles économiques de défense des ressources. Par exemple, le niveau de connaissance que les animaux ont de la localisation des parcelles de nourriture est censé influencer l'agressivité; cependant, peu d'études empiriques se sont penchées sur le sujet. Ce niveau de connaissance devrait influencer 1) le niveau d'agressivité individuelle et 2) l'effet que la densité des parcelles exerce sur le niveau d'agressivité. 1) Un modèle d'optimalité de défense des ressources prédit que l'agressivité devrait être plus élevée lorsque les individus connaissent la localisation des parcelles, parce qu'ils peuvent limiter leur recherche à une aire plus restreinte et donc plus défendable. 2) Des modèles de la théorie des jeux prédisent une diminution de l'agressivité lorsque la densité des parcelles augmente, parce que les parcelles de remplacement deviennent moins coûteuses à trouver. Cependant, lorsque la localisation des parcelles est inconnue, l'agressivité devrait rester inchangée à cause de l'incertitude quant à la disponibilité des parcelles de remplacement. Afin de tester ces prédictions expérimentalement, nous avons observé le comportement agressif de groupes de moineaux domestiques (Passer domesticus) en manipulant simultanément la densité des parcelles ainsi que la signalisation de la localisation de celles-ci. Les changements observés au niveau du taux d'agression semblent appuyer nos deux prédictions: 1) Le taux d'agression était plus élevé lorsque les parcelles étaient signalées. 2) Le taux d'agression diminuait lorsque la densité des parcelles augmentait; cette diminution était plus faible lorsque les parcelles n’étaient pas signalées que lorsqu'elles l'étaient. Cependant, contrairement aux deux prédictions, et donc contrairement aux modèles économiques de défense des ressources, les changements dans le taux d'agression ne résultaient pas de variations de l'agressivité individuelle, mais plutôt de variations du taux de rencontre entre individus. Par conséquent, la densité des parcelles ainsi que la connaissance de la localisation des parcelles n'ont pas influencé l'agressivité individuelle des moineaux domestiques. Cela met en question le rôle de ces deux facteurs dans les modèles économiques de défense des ressources. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : agression, approvisionnement social, cleptoparasitisme, défense des ressources, Passer domesticus

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Mots-clés ou Sujets: Comportement agressif, Quête de nourriture, Approvisionnement alimentaire, Moineau domestique
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département des sciences biologiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 04 nov. 2010 15:26
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:16
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/3450

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...