L'expression de la révolte chez Sylvia Plath dans son Journal et The bell jar

Boivin-Moffet, Jacinthe (2010). « L'expression de la révolte chez Sylvia Plath dans son Journal et The bell jar » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Ce mémoire vise à étudier l'expression de la révolte dans les écrits intimes et dans The Bell Jar, le roman autobiographique de Sylvia Plath. Son Journal (2000), tenu de 1950 à 1957 et paru en édition non abrégée, regroupe les pensées et impressions les plus personnelles de l'auteure, à la fois sur sa vie quotidienne et sur la société dans laquelle elle vit. Plath s'y élève contre le mariage, le pouvoir de l'homme sur la femme, les attentes nourries à l'égard de cette dernière, mais avoue aussi ses craintes par rapport à la maternité et la vie domestique, et s'interroge sur la possibilité de créer, pour la femme, dans une société patriarcale. Son roman autobiographique, The Bell Jar, paru en 1963 sous le pseudonyme de Victoria Lucas, fait le récit de la tentative de suicide de Plath. Il s'inscrit dans la suite du Journal et présente un personnage principal qui se révolte contre l'ordre établi et exprime des opinions connexes à celles de l'auteure. L'étude des années cinquante américaines, époque où se déroulent les événements du roman, ainsi que la place de la femme et de la création dans cette décennie ouvrira le mémoire. Ensuite, c'est à l'étude du Journal de Plath qu'on se consacrera, en analysant le ton et les propos de ses écrits intimes et la place qu'y tiennent les ambitions littéraires de l'auteure. Pour finir, la forme composite du roman The Bell Jar (qui est un amalgame du roman autobiographique, du Bildungsroman et du roman confessionnel) sera étudiée, ainsi que son contenu. Il sera prouvé que le personnage d'Esther Greenwood se rebelle dans un univers mis en scène par l'auteure dans le but de stimuler et d'exacerber sa révolte. Il sera donc montré que le Journal a servi à étayer le point de vue offert dans le roman, mais aussi que les deux formes littéraires utilisées par l'auteure, le journal intime et le roman, ont des rôles complémentaires - le premier permettant à l'auteure d'affirmer ce qu'elle désire sans peur de représailles, et le second présentant la même chose par le biais d'un personnage autre que l'auteure, mais porteur des mêmes opinions. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Sylvia Plath, The Bell Jar, journal intime, autobiographie, révolte, écriture au féminin.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Delvaux, Martine
Mots-clés ou Sujets: Plath Sylvia 1932-1963, Journal intime, Autobiographie, Roman, Écriture féminine, Révolte
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 déc. 2010 16:08
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:17
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/3563

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...