L'évolution du marqueur discursif like en anglais québécois

Kastronic, Laura (2010). « L'évolution du marqueur discursif like en anglais québécois » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en linguistique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

La présente étude fait l'analyse de l'emploi de LIKE en anglais au Québec. Nous considérons non seulement la fréquence d'emploi, mais aussi la position de LIKE dans la structure syntaxique. Bien qu'il existe un grand nombre d'études qui portent sur les fonctions discursives et pragmatiques et la distribution sociolinguistique de LIKE, la plupart d'entre elles n'ont pas examiné la position de cette dernière dans la structure syntaxique. De plus, ces études examinent l'emploi de LIKE à travers des communautés dans lesquelles l'anglais est la langue majoritaire. En effet, l'étude menée par D'Arcy (2005) a démontré qu'à Toronto, l'emploi de LIKE se développe à travers la structure syntaxique de façon systématique. Dans la présente étude, nous tentons de déterminer si LIKE se développe de la même façon en anglais au Québec, où l'anglais est une langue minoritaire. Nous avons analysé l'emploi de LIKE par 39 anglophones au Québec tirés du Quebec English Corpus dans trois contextes structuraux distincts: le CP, le DP et le VP. Nous avons pris en considération non seulement la fréquence d'emploi dans chaque contexte, mais aussi certains facteurs internes. L'inclusion de participants de la ville de Québec et de Montréal nous a permis de bien démontrer les effets de l'isolement sur la langue en comparant les résultats des anglophones de la ville de Québec aux résultats des anglophones de Montréal, les premiers risquant d'être plus isolés de l'anglais courant que les Montréalais. Les résultats démontrent que LIKE est employé de façon moins fréquente au Québec qu'à Toronto. Les Montréalais se situent entre les Torontois et les locuteurs de la ville de Québec, mais leur taux d'emploi ressemble davantage à celui des habitants de la ville de Québec qu'à celui des Torontois. Nous avons constaté que les anglophones québécois suivent la même trajectoire de développement de LIKE dans la structure syntaxique, mais de façon ralentie. De plus, ils obéissent aux mêmes contraintes internes. L'analyse sociolinguistique des données a révélé quelques effets intéressants: l'ethnicité, la classe sociale et l'âge jouent tous un rôle dans l'emploi de LIKE chez les anglophones québécois. Nous avons conclu que l'isolement de l'anglais courant joue un rôle important dans l'emploi de LIKE en anglais au Québec, non seulement au niveau de la fréquence d'emploi, mais également au niveau des contextes structuraux dans lesquels il est employé. Les résultats de cette étude contribuent non seulement à la description générale de LIKE et des marqueurs discursifs en général, mais également à une compréhension approfondie des effets d'isolement sur l'adoption d'un changement linguistique en cours. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : LIKE, l'isolement, marqueur discursif, l'anglais minoritaire, structure syntaxique, sociolinguistique

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Mots-clés: Marqueur discursif, Anglais (Langue), Minorité linguistique, Syntaxe, Sociolinguistique, Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de linguistique
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 20 janv. 2011 21:06
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:17
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/3643

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...