Les somnambules d'Hermann Broch : roman de la connaissance irrationnelle et philosophie scientifique

Casgrain, Charles-Philippe (2011). « Les somnambules d'Hermann Broch : roman de la connaissance irrationnelle et philosophie scientifique » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

L'écrivain doit « "[c]réer la valeur" », puis « reconstruire un édifice de valeurs ». Cet impératif formulé par Broch dans son essai « Le Mal dans les valeurs de l'art » constitue aussi le programme narratif de son roman Les Somnambules, œuvre polyhistorique - pour recourir à l'appellation générique qu'emploie le romancier - qui mime, et peut-être même accomplit, le processus à l'issue duquel les forces de l'Irrationnel sont canalisées pour faire l'objet d'une rationalisation. La nouvelle rationalité que s'efforce de créer Broch au moyen du polyhistoricisme, genre associé par l'auteur au « roman nouveau dans sa polyphonie à la fois rationnelle et irrationnelle », doit selon lui fournir un socle aux nouvelles croyances religieuses appelées à supplanter celles véhiculées par le christianisme, ce système axiologique totalisant qu'il convient, estime-t-il, de remplacer par un nouveau, dont la création est d'ailleurs anticipée dans l'ensemble de sa production littéraire. Roman polyphonique au sens où le discours scientifique s'y présente comme le contrepoint du discours irrationnel, Les Somnambules se propose, plus précisément, de fonder la nouvelle rationalité à partir de la prise en considération des motions psychiques inconscientes qui structurent la pensée. Le rapprochement entre la raison et ce qui excède les frontières imparties à l'entendement n'étonne guère lorsqu'à la lecture de Broch, on constate que toute grande religion permet de convertir de nouveaux fidèles, c'est-à-dire de susciter chez eux une illumination mystique ne pouvant être décrite autrement qu'irrationnellement, même si les membres de cette religion poursuivent, en contrepartie, des objectifs définis, le plus souvent, rationnellement. Ainsi, les dévots luttent, dans le meilleur des cas, contre le paganisme et sont appelés, toujours selon Broch, à faire de même en ce qui concerne les avatars de cette religion - fascisme, totalitarisme - cela en vue de prévenir l'apparition des symptômes se manifestant lors du déclenchement de délires collectifs. L'œuvre romanesque de Broch, envisagée ici à l'aune des Somnambules, est travaillée de fond en comble par les antinomies (rationnel/irrationnel, proche/lointain, souvenir/oubli, familiarité/étrangeté); il en va de même en ce qui a trait aux publications « scientifiques » de Broch, commentées en ces pages dans le cadre d'une analyse portant sur la doctrine axiologique incorporée à l'intrigue romanesque des Somnambules et sur la Théorie de la folie des masses, du même auteur. La stratégie de lecture adoptée dans le présent mémoire consiste à déplacer les frontières, voire à remettre en question leur légitimité, tracées - parfois arbitrairement par les critiques fréquentant l'œuvre de Broch - entre le roman de la connaissance irrationnelle et son indispensable complément, la philosophie scientifique, dont l'apport est susceptible de contribuer, croit le romancier, à éveiller (au sens métaphorique du terme) ses contemporains; notre auteur incite ceux-ci à re-découvrir les fondements de la Réalité, lesquels résident dans l'amitié, le sentiment amoureux et l'expérience de la mort, comme il l'écrit dans La Mort de Virgile. Les trois composantes du Réel sont également appréhendées lors de l'acquisition de la connaissance irrationnelle : le noyau de la science est le pré-savoir acquis intuitivement par le somnambule ou le rêveur. Ce noyau ainsi que ce qui l'enveloppe constituent le cœur de notre propos. Nous nous intéresserons donc, dans les pages à venir, à la dialectique du Rationnel et de l'Irrationnel. Les théories de la connaissance de Platon, Descartes, Kant, Cassirer, Jung, susciteront aussi un engouement chez nous. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : polyhistoricisme, littérature religieuse, roman gnoséologique, philosophie du roman, langage de l'immédiateté, position de valeurs, éthique, esthétique.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Pelletier, Jacques
Mots-clés ou Sujets: Broch Hermann 1886-1951 Die Schlafwandler, Littérature religieuse, Gnose, Éthique, Esthétique, Récit enchâssé, Science (Connaissance scientifique), Irrationalisme
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 juill. 2011 14:58
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:18
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/3928

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...