La sémantique des mots de verticalité en français et leurs emplois métaphoriques : une approche monosémique et cognitive

Yune, Ki-Chan (2011). « La sémantique des mots de verticalité en français et leurs emplois métaphoriques : une approche monosémique et cognitive » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en linguistique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (11MB)

Résumé

La présente recherche a pour objectif de déterminer la sémantique des mots de verticalité en français et la motivation conceptuelle de leurs emplois métaphoriques. Afin d'atteindre à ces objectifs, nous étudions les primitives conceptuelles de la sémantique grammaticale des mots suivants : haut, bas; monter, s'élever, grimper, s'envoler, bondir; descendre, baisser, tomber, chuter et dégringoler. Nous tentons de vérifier les quatre hypothèses suivantes : a) la sémantique grammaticale de ces mots est essentiellement basée sur la verticalité; b) la validité des emplois figurés de ces mots repose sur les correspondances conceptuelles avec leur sémantique grammaticale; c) des moyens de représentation non linguistique sont la source des créations métaphoriques; d) nos objets d'étude ne sont pas des mots polysémiques mais monosémiques, et leurs acceptions ne sont que des interprétations de leurs sémantiques grammaticales selon leurs divers emplois ou contextes. D'après nos analyses sémantiques de leurs emplois propres et figurés les plus exhaustifs possibles, basées sur l'approche monosémique de Ruhl (1989), Bouchard (1993; 1995), Victorri et Fuchs (1996), Cadiot et Lebas (2003), Desclés (1998; 2005) et d'Emirkanian (2008), les primitives conceptuelles de la sémantique grammaticale de ces mots impliquent essentiellement la verticalité. La validité de leurs emplois propres repose sur la satisfaction réelle de ces conditions, alors que celle de leurs emplois figurés est basée sur les correspondances conceptuelles avec ces conditions. Contrairement au point de vue traditionnel, ces mots ne sont pas polysémiques, mais monosémiques. De plus, de nombreux des emplois figurés des mots de verticalité sont des métaphores dont la source de motivation conceptuelle vient d'un moyen de représentation non linguistique, comme un graphe, une notation musicale, un thermomètre, etc. D'après la théorie de la métareprésentation de Sperber (1994; 1996; 2000), ces métaphores sont des métareprésentations, soit des expressions linguistiques de ce qui est représenté par ces moyens de représentation. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : sémantique, métaphore, métareprésentation, verbe de déplacement, verticalité, polysémie, monosémie, français.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur
Directeur de thèse:
TypeContributeurCourriel
Directeur de thèse Bouchard, Denisbouchard.denis@uqam.ca
Mots-clés: Français (Langue), Sémantique, Polysémie, Métaphore, Conceptualisation, Verbe, Verbe de mouvement, Verticalité
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de linguistique
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 10 nov. 2011 18:49
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:19
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/4168

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...