UQAM - Université du Québec à Montréal
Archive de publications électroniques
UQAM ›  Archive de publications électroniques ›  Les Taureaux de Bordeaux : violence et contagion au coeur de l'arène

Les Taureaux de Bordeaux : violence et contagion au coeur de l'arène

Watters, Mélina (2011). « Les Taureaux de Bordeaux : violence et contagion au coeur de l'arène » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études des arts.

Fichier(s) associé(s) à ce document :

[img]
Prévisualisation
PDF
2302Kb

Résumé

Ce mémoire se penche sur la série des Taureaux de Bordeaux, réalisée en 1824 et 1825 par l'artiste espagnol Francisco Goya y Lucientes (1746-1828) lors de son exil dans la ville de Bordeaux. Elle est composée de quatre lithographies : El famoso Americano Mariano Ceballos, [Bravo toro], Divertissement espagnol et [Arène divisée] qui représentent chacune un épisode tauromachique. Le regard de ces œuvres sur la corrida est indissociable d'une violence incarnée par des spectateurs qui, au centre de l'arène, prennent part aux combats. Cette représentation des spectateurs s'avère particulière par rapport aux changements qui s'opèrent dans la corrida au XVIIIe siècle. Par exemple, son déroulement se codifie et le public doit maintenant rester dans les estrades. L'objectif de ce mémoire vise à comprendre pourquoi les Taureaux de Bordeaux s'attachent à une dimension violente pour aborder le thème tauromachique. Pour y parvenir, les approches historique, iconographique et anthropologique seront utilisées : la première montrera que l'artiste, en vivant dans un contexte violent (guerre d'Indépendance, par exemple), a pu en observer les répercussions sur les hommes; la seconde servira à déceler comment les lithographies représentent la corrida et la violence; la troisième posera les assises théoriques pour déterminer le type de violence propre à cette série, notamment par le biais de la pensée de l'anthropologue René Girard développée dans La Violence et le Sacré (1972). L'hypothèse défendue est que les Taureaux de Bordeaux représentent une violence destructive, propre aux conflits armés, plutôt qu'à celle qui est intrinsèque au spectacle tauromachique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Francisco Goya y Lucientes (1746-1828), Taureaux de Bordeaux, lithographie, violence, René Girard, La Violence et le sacré, guerre d'Indépendance.

Type de document : Mémoire accepté
Contributeurs : Davis, Peggy
État du document : Non publié
Informations complémentaires : Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Mots-clés : Goya Francisco 1746-1828 Taureaux de Bordeaux, Tauromachie, Thème artistique, Violence
Unité d'appartenance : Faculté des arts > Département d'histoire de l'art
Code ID : 4238
Déposé par : RB Service des bibliothèques
Déposé le : 29 nov. 2011 16:12
Dernière modification : 29 nov. 2011 16:12

Modifier les métadonnées de ce document.

Voir les statistiques sur cinq ans...