Le visible et l'invisible chez Sophie Calle : variations autour du seuil

Bouchard, Pascale (2012). « Le visible et l'invisible chez Sophie Calle : variations autour du seuil » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Sémiologue, critique et écrivain, Roland Barthes fut l'instigateur d'une nouvelle forme de critique qui s'appuie sur une logique propre au texte. Avec Le Plaisir du texte en 1973, Fragments d'un discours amoureux en 1977 et La chambre claire en 1979 entre autres, Barthes transforme les liens entre le romanesque et la théorie. Dans La chambre claire, le penseur tente de comprendre comment une simple image peut créer et nourrir des sentiments. Ces sentiments, que Georges Didi-Huberman attribue il ce qu'il nomme la scission du regard, troublent la vision du spectateur jusqu'à le questionner et à l'interroger sur sa propre mort. Le seuil investi entre le visible et l'invisible par exemple, ou plutôt le constant franchissement de ce seuil, constitue la brèche d'où le regard se scinde et inquiète. Nous nous servirons des fondements théoriques de cette approche afin de voir comment L'hôtel, Les dormeurs, Suite vénitienne et La filature de Sophie Calle parviennent à mettre en scène l'oscillation, la confrontation et le mélange entre ce qui est visible et ce qui est invisible, produisant un effet captivant et questionnant. Deux figures qui cristallisent ce vacillement seront étudiées afin de cerner deux variations relevant de la dynamique visible/invisible, à savoir la présence et l'absence, et l'apparition et la disparition. La première figure, l'empreinte, possède la capacité de montrer à la fois la présence et l'absence des individus de passage dans les chambres de L'hôtel et des Dormeurs. La deuxième figure, la trace, permet de comprendre les deux actants des jeux d'espionnage, à l'œuvre dans Suite vénitienne et dans La filature, comme des êtres qui apparaissent et disparaissent tout à la fois. Cette étude tente ainsi de comprendre comment la scission du regard opère à travers les phototextes calliens et cherche à montrer comment chacun de nous peut être happé devant une image dialectique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : visible, invisible, scission du regard, seuil, empreinte, trace

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Delvaux, Martine
Mots-clés ou Sujets: Calle Sophie 1953-, Sémiotique, Critique textuelle
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 04 avr. 2012 15:26
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:21
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/4497

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...