Une sociologie spontanée de la connaissance historique

Gingras, Yves (1995). « Une sociologie spontanée de la connaissance historique ». Bulletin d'histoire politique, 4(2), pp. 39-43.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (475kB)

Résumé

Dans son article «Revisionism and the Search for a Normal Society», Ronald Rudin propose une synthèse des travaux récents consacrés à l'histoire du Québec et suggère des raisons pouvant expliquer la montée de ce qu'il appelle «l'école révisionniste!». Mes collègues ayant largement discuté des questions touchant au contenu même de ces travaux, je soulèverai brièvement trois aspects du texte qui m'apparaissent problématiques: 1) le retour à une histoire des mentalités; 2) la sociologie spontanée de l'histoire qui y est mise en oeuvre; et 3) la question de la validité des connaissances produites par les historiens dits «révisionnistes».

Type: Article de revue scientifique
Mots-clés ou Sujets: histoire, sociologie, Rudin
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département d'histoire
Déposé par: Yves Gingras
Date de dépôt: 23 janv. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:04
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/450

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...