UQAM - Université du Québec à Montréal
Archive de publications électroniques
UQAM ›  Archive de publications électroniques ›  L'effet de deux méthodes d'entraînement, la pliométrie et la musculation, sur l'économie à la course et sur l'explosivité chez les joueurs de soccer

L'effet de deux méthodes d'entraînement, la pliométrie et la musculation, sur l'économie à la course et sur l'explosivité chez les joueurs de soccer

Hamdi, Sofiane (2011). « L'effet de deux méthodes d'entraînement, la pliométrie et la musculation, sur l'économie à la course et sur l'explosivité chez les joueurs de soccer » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en kinanthropologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :

[img]
Prévisualisation
PDF
5Mb

Résumé

Le but de cette étude était de vérifier l'impact de deux programmes spécifiques d'entraînement de la force, la pliométrie et la musculation, sur l'amélioration de l'économie à la course et sur l'explosivité chez les joueurs de soccer à la période de compétition. À cet égard, 12 sujets adultes, âgés en moyenne de 22,25±2.65 ont été invités à participer à l'étude. Ils étaient répartis aléatoirement en deux groupes de 6 joueurs. Au cours de l'étude 4 joueurs, deux de chaque groupe, ont abandonné due à la contraction de blessures pendant les matchs du championnat universitaire. Pour nos analyses, nous avons pris seulement les résultats des 8 joueurs qui ont passé toutes les étapes de l'étude. Le premier groupe était soumis à un entraînement de pliométrie, le deuxième groupe a subi un .entraînement sur des appareils de musculation classiques. Chaque groupe s'est entraîné 2 fois par semaine à raison de deux heures par séance pour une période de 6 semaines. Afin de déterminer l'effet de chacune des deux conditions d'entraînement, nous avons mesuré la vo2 à 90% de la VMA, sur un tapis roulant, pendant 4 minutes et nous avons pris le volume d'oxygène consommé pendant la dernière minute comme référence à l'économie à la course. L'explosivité a été mesuré par deux tests de détente verticale, le SJ et le CMJ en utilisant le myotest. Les variables présentées sont la hauteur du saut en cm, la vélocité en cm/s, la puissance en w/kg et la force en N/kg. Également nous avons mesuré la vitesse de déplacement par le test de sprint sur 10 et 20 mètres. La qualité de course à haute intensité intermittente a été mesurée par le yoyo intermittent test 2 (YYIRT2). La lactatémie était mesurée après une minute du test sous maximal. Ces tests étaient faits une semaine avant l'étude et une semaine après. Pour la quantification et l'analyse des données, un modèle groupes (témoin vs expérimental) par tests avec mesures répétées sur les tests, c'est-à-dire un modèle factoriel avec blocs réduits (Kirk, 1992) fût appliqué afin de soulever les différences significatives entre le groupe témoin et le groupe expérimental. Les résultats ne montrent aucune différence significative pour les deux groupes (PRE vs POST), et ni entre les deux groupes (POST Pliométrie vs POST musculation). La détente verticale, SJ (F=0.937, p=0.370) pour les deux groupes (PRE SJ vs POST SJ) et entre les deux groupes, POST Pliométrie vs POST musculation (F=0.022, p=0.888). CMJ (F=0.00, p=0.994) pour les deux groupes et (F=0.856, p=0.391) entre les deux groupes, POST Pliométrie vs POST musculation. La vitesse sur 10 m, entre les groupes avant l'entraînement (PRE) n'est pas significative (F=0.98 p=0.765) et pour les deux groupes de même (F=0.295, p=0.606). Pour la vitesse sur 20 m (F=1.752, p=0.234) pour les deux groupes (pliométrie vs musculation) et entre les deux groupes (F=0.34, p=0.860). Concernant la lactatémie, pour les deux groupes (pliométrie vs musculation) (F=0.028, p=0.872) et entre les deux groupes, POST Pliométrie vs POST musculation (F=0.316, p=0.594). Les valeurs du yoyo test post entraînement (POST) atteintes n'étaient pas significativement élevées (F=13.112, p=0.011) pour les deux groupes (pliométrie vs musculation) et ni entre les deux groupes (F=0.565, p=0.481). Les valeurs post entraînement (POST) atteintes de la vo2 étaient significativement plus élevées (F=12.590, p=0.012) pour les deux groupes et non pas entre les deux groupes (F=0.584, p=0.474). Les résultats obtenus suggèrent d'éviter de faire un programme de renforcement musculaire intense à la période de la compétition chez les joueurs de soccer. Et cela en regardant les exigences physiques de la discipline afin d'éviter l'effet de la fatigue sur les résultats recueillis. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : pliométrie, musculation, économie à la course, explosivité, soccer

Type de document : Mémoire accepté
Directeur de thèse : Comtois, AlainSteve
État du document : Non publié
Informations complémentaires : Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Mots-clés : Course, Joueur de soccer, Musculation, Pliométrie, Soccer
Unité d'appartenance : Faculté des sciences > Département de kinanthropologie
Code ID : 4995
Déposé par : RB Service des bibliothèques
Déposé le : 24 oct. 2012 09:31
Dernière modification : 24 oct. 2012 09:31

Modifier les métadonnées de ce document.

Voir les statistiques sur cinq ans...