L'impact des maladies chroniques sur l'utilisation des services de santé : une analyse longitudinale

Agboli, Komi (2012). « L'impact des maladies chroniques sur l'utilisation des services de santé : une analyse longitudinale » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en économique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (9MB)

Résumé

Depuis plusieurs années, le nombre de personnes atteintes de maladies chroniques ne cesse d'augmenter au sein de toute la population en général, et au sein de la population âgée en particulier. Le vieillissement de la population et les mauvaises habitudes de vie contribuent à accentuer ce phénomène. Aujourd'hui, avec le progrès scientifique, la médecine est capable de soigner, de contrôler et de guérir des maladies chroniques, ce qui jadis, n'était pas possible. Le fait que les gens vivent plus longtemps et contrôlent leur état chronique, rend la facture médicale très élevée. Cette étude a pour objectif de mesurer l'impact des maladies chroniques sur l'utilisation des services de santé. L'étude utilise les données longitudinales de l'Enquête Nationale sur la Santé de la Population, effectuée sur huit cycles, de 1994 à 2009, avec 17 276 individus de tous les âges. En nous inspirant d'une étude de Verbrugge et Patrick (1995), nous sélectionnons huit maladies chroniques, composées de maladies fatales et non fatales. Ces maladies sont : l'arthrite, le rhumatisme ou les maux de dos, les troubles visuels (cataracte et glaucome), l'hypertension artérielle, les maladies respiratoires (l'asthme, la bronchite chronique ou l'emphysème), le diabète, les maladies cardiaques, les maladies mentales (l'Alzheimer ou autre démence mentale) et le cancer. Nous mesurons ensuite l'utilisation des services de santé des personnes atteintes de ces huit maladies chroniques comparativement aux personnes ne souffrant d'aucune maladie chronique, et à l'ensemble de la population. Les services de santé retenus sont : le séjour dans un hôpital, les consultations avec un autre professionnel de la santé, les consultations avec un spécialiste de la médecine douce et alternative, les soins reçus à domicile, le nombre de nuits comme patient, le nombre de consultations avec un médecin et le nombre de consultations avec une infirmière. Deux types de variables dépendantes, à savoir binaires et discrètes positives, sont traitées respectivement avec le modèle de régression xtlogit et le modèle de régression linéaire xtreg, avec des effets fixes et aléatoires. Le modèle population average est également utilisé parce qu'il est plus efficient et tient compte des autocorrélations. Il ressort que les personnes atteintes des huit maladies chroniques sélectionnées utilisent plus intensément les services de santé que la moyenne de la population. Les motifs d'utilisation peuvent être différents de la maladie chronique dont l'individu est atteint. Le modèle de régression avec effets fixes permet de mieux mesurer les impacts des maladies chroniques sur l'utilisation des services de santé, parce qu'il traite l'ensemble des spécificités inobservables qui sont corrélées avec les variables des maladies chroniques et les variables de contrôle. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Données longitudinales, maladies chroniques, services de santé.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Merrigan, Philip
Mots-clés ou Sujets: 1990-1999, 2000-2009, Maladie chronique, Service de santé, Utilisation, Canada
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 14 mai 2013 13:40
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:24
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/5287

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...