La dépression et la problématique suicidaire chez des adolescentes victimes d'agression sexuelle : état des connaissances, profils cliniques des survivantes et prédiction des idées suicidaires

Brabant, Marie-Eve (2012). « La dépression et la problématique suicidaire chez des adolescentes victimes d'agression sexuelle : état des connaissances, profils cliniques des survivantes et prédiction des idées suicidaires » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (9MB)

Résumé

Cette thèse de doctorat porte sur les conséquences observées chez les adolescentes ayant dévoilé une agression sexuelle, afin d'orienter les pratiques en matière d'évaluation et d'intervention. Des études ont démontré que l'agression sexuelle était liée à de nombreuses problématiques de santé mentale. Toutefois, plusieurs des connaissances relatives à ce domaine découlent d'études auprès de populations adultes, alors que les adolescents présentent des caractéristiques développementales qui leur sont propres. Ainsi, cette thèse s'est intéressée à la présence de deux problématiques chez des victimes adolescentes, soit la dépression et les idées suicidaires, et ce, en vue de faciliter l'identification des victimes à risque suicidaire en documentant les différents profils cliniques de ces victimes. Les participantes à cette étude ont été recrutées aux Centres jeunesse de Montréal et de la Montérégie, de même qu'au Centre d'intervention en abus sexuel pour la famille à Gatineau. Les participantes, de jeunes filles âgées de 12 à 17 ans lors de la première évaluation, ont été suivies sur une période d'un an. Cette thèse doctorale regroupe trois articles, dont une recension des écrits portant sur l'agression sexuelle et la problématique suicidaire et deux articles empiriques ayant des objectifs distincts. Le premier article, la recension des écrits, aborde l'agression sexuelle et la problématique suicidaire individuellement et les intègre par la suite afin de démontrer les liens les unissant, de même que les facteurs de protection et de risque pour le développement d'une problématique suicidaire chez les victimes adolescentes. Un modèle conceptuel des comportements suicidaires, la théorie psychologique-interpersonnelle de Joiner, est présenté. En dernier lieu, cet article adresse les interventions offertes aux adolescentes victimes d'agression sexuelle aux prises avec des idées suicidaires : la Trauma-Focused Cognitive Behavioral Therapy et la Dialectical Behavior Therapy. De plus, quelques recommandations sont émises relativement aux recherches futures dans ces domaines, notamment d'avoir recours à une définition universelle de l'AS, à des études longitudinales, à des échantillons de victimes adolescentes et ce, tout en contrôlant pour certaines variables telles que la présence d'agression physique et l'environnement familial. Le second article, de type empirique, a exploré les profils cliniques de 77 adolescentes victimes d'agression sexuelle dans le but de faciliter l'identification des victimes présentant des idées suicidaires. Un arbre de classification et de régression a été généré à partir des données récoltées et cinq profils distincts ont été documentés. Les résultats ont démontré que la dépression, les sentiments de désespoir, et le trouble de stress post-traumatique lié à l'agression sexuelle constituaient les trois variables départageant les différents profils. Les résultats offrent des pistes pertinentes quant à l'identification des victimes à risque suicidaire. Le troisième article illustre l'aspect longitudinal de cette thèse et il avait pour objectif principal de prédire les idées suicidaires sur une période d'un an auprès des 52 adolescentes ayant accepté de participer à une seconde évaluation. Pour ce faire, des facteurs prédictifs issus de la première évaluation ont été inclus dans une régression binomiale inversée. Les résultats ont indiqué que chez les adolescentes victimes d'agression sexuelle, trois variables permettaient de prédire les idées suicidaires, soit l'âge de la participante, les symptômes dépressifs, de même que les symptômes de stress post-traumatique engendrés par l'agression sexuelle. Dans ce contexte, contrairement à ce que rapporte la littérature, la présence d'une tentative de suicide antérieure n'obtenait aucune valeur prédictive relativement aux idées suicidaires. Les résultats sont discutés en termes d'intervention à préconiser auprès des victimes adolescentes, notamment la Trauma-Focused Cognitive Behavioral Therapy, la Dialectical Behavior Therapy pour adolescents, de même que la Dialectical Behavior Therapy for Post-traumatic Stress Disorder. En conclusion, cette thèse oriente les pratiques en matière d'évaluation et d'intervention pour les adolescentes ayant dévoilé une agression sexuelle. Les résultats indiquent que les adolescentes victimes d'agression sexuelle constituent une population à risque suicidaire et qu'ainsi, il est impératif de s'intéresser aux symptômes dépressifs et particulièrement aux symptômes de stress post-traumatique découlant de l'agression sexuelle vécue dans les traitements de ces victimes. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : agression sexuelle, dépression, idées suicidaires, adolescentes, stress post-traumatique

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur
Directeur de thèse: Hébert, Martine
Mots-clés ou Sujets: Adolescente, Agression sexuelle, Comportement suicidaire, Dépression, Évaluation des risques, Névrose post-traumatique, Psychologie clinique, Victime d'abus sexuel
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 04 juill. 2013 15:00
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:25
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/5364

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...