Le sport et la télévision québécoise de 1952 à 2004 : la programmation sportive de Radio-Canada déjouée par la privatisation du service public canadien

Lupien, Philippe-Antoine (2013). « Le sport et la télévision québécoise de 1952 à 2004 : la programmation sportive de Radio-Canada déjouée par la privatisation du service public canadien » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (11MB)

Résumé

Au courant des cinquante premières années de la télévision québécoise, la Société Radio-Canada a été, de manière générale, le plus important télédiffuseur sportif francophone. En télédiffusant les images du sport dès ses toutes premières heures, elle a contribué à définir les modes et un savoir-faire québécois en matière de télédiffusion sportive, tout en prenant part à la popularisation de certains sports, de certaines équipes. Ce faisant, elle a participé à l'essor commercial des entreprises du secteur sportif, et de toutes celles ayant développé des intérêts dans le sport et sa médiatisation. Ce mémoire cherche à retracer le parcours du sport à la télévision québécoise, depuis 1952 jusqu'à 2004, année qui marque un jalon significatif pour Radio-Canada, alors qu'y prendront fin les deux plus anciennes émissions sportives de la télévision québécoise, La Soirée du hockey et les Nouvelles sportives. Le développement du sport au XXe siècle est indissociable de celui de sa médiatisation. Plus encore, la consécration de la forme spectaculaire commerciale qui constitue la formule attitrée des organisations sportives depuis près de trente ans est directement tributaire des liens qu'ont nouées les organisations sportives avec la télévision. Particulièrement féconde aux États-Unis, cette relation entre sport et télévision s'est d'abord articulée autour d'un pivot principal qui fera fructifier les termes de cette complémentarité, la publicité. À travers les ans, les différents acteurs impliqués dans la production du spectacle sportif télévisé ont ainsi configuré une chaîne de relations qui tend, depuis le début du XXIe siècle, vers la convergence de leurs intérêts économiques. Résolument commerciale aux États-Unis, la production du sport télévisé s'est cependant établie principalement avec le concours d'un organisme d'État au Canada. À plus forte raison, au Québec jusqu'au début des années 1980, où Radio-Canada a pratiquement fait cavalier seul en matière de télédiffusion sportive. Or, le jalon que marque 2004 indique que la télédiffusion du sport a adopté, au Québec, un nouveau modèle qui accorde une moindre place à la Société d'État. Le déplacement progressif des événements sportifs de la télévision généraliste publique vers la télévision spécialisée privée s'inscrit dans un contexte plus large ayant marqué les industries culturelles québécoises, voire canadiennes, qui implique une remise en cause de la place de Radio-Canada, du modèle traditionnel du télédiffuseur public. De fait, le désinvestissement de Radio-Canada en matière de sport, en 2004, annonçait les nouvelles configurations qui définiraient la télévision québécoise actuelle, tout du moins, la télévision sportive. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Sport, Télévision, Service public, Histoire des communications, Industries culturelles

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: George, Éric
Mots-clés ou Sujets: Société Radio-Canada, Émission de télévision, Émission sportive, Industries culturelles, Télévision publique, Télévision privée, Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 12 sept. 2013 14:28
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:25
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/5415

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...