Transformation des pratiques de solidarité chez des familles originaires de la République démocratique du Congo (RDC) immigrées à Montréal

Habimana, Pélagie (2013). « Transformation des pratiques de solidarité chez des familles originaires de la République démocratique du Congo (RDC) immigrées à Montréal » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en travail social.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

Cette recherche explore comment s'articulent et s'actualisent les solidarités familiales au sein des familles immigrantes. Il s'agit d'une recherche qualitative effectuée auprès de huit immigrants en provenance de la République Démocratique du Congo, légalement établis sur le territoire canadien et ayant des membres de la famille restés au Congo ou résidant ailleurs dans le monde. Afin de faire sens de l'évolution et de la transformation de ces solidarités familiales, un cadre théorique a été développé autour des concepts de solidarité, de lien social, d'individualisme. Ancré dans une perspective interactionniste, ce cadre permet de rendre compte des tensions entre les désirs d'autonomie et la nécessité de solidarité, du rôle de la reconnaissance et de la filiation dans le développement et la transformation des pratiques de solidarité familiale. Par le biais d'une entrevue semi structurée, les participants à la recherche ont partagé leur quotidien en rapport avec l'entraide familiale dans un contexte migratoire ou transnational. L'analyse des résultats révèle que, comme l'a d'ailleurs souligné Laaroussi (2001), l'immigration ne met pas un terme à la solidarité et entraide familiale. Celle-ci se matérialise de différentes façons : appels téléphoniques, messages électroniques, échange de cadeaux, support financier, encouragement ou conseil et voyage. Cette entraide familiale tient compte de la réalité de ses familles dans le pays d'accueil et dans leur pays d'origine. Quant au sens donné à la solidarité, il est à comprendre en tenant compte de la trajectoire migratoire de chaque participant. La grande motivation derrière le maintien des liens de solidarité entre les familles dispersées est le maintien de l'identité familiale et la peur d'être isolé car un jour il sera question de retour au bercail. Bien que volontaire, cette entraide est vécue comme une obligation, voire un fardeau, pour certains qui au lieu de s'en soustraire cherchent à l'adapter à leurs besoins en la rendant plus élective, sélective et conviviale. Au centre des préoccupations des participants se trouvent la transmission de la valeur de solidarité familiale et la qualité des interactions entre les membres de la famille et les membres de la société d'accueil. Tous s'accordent pour réitérer l'importance de transmettre cette valeur aux générations futures tout en étant conscient que cette transmission ne vise pas la reproduction de l'identique, mais tient compte de la réalité de la société dans laquelle ils évoluent. L'analyse des résultats se termine par une conclusion qui reprend les thèmes principaux du mémoire et qui présente une réflexion personnelle sur différentes pistes de recherche qui resteraient à poursuivre. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Immigration, solidarité, famille, lien social, individualisme, interactionnisme.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Huot, François
Mots-clés ou Sujets: Attitude, Famille immigrante, Immigrant congolais, Individualisme, Lien social, Société d'accueil, Solidarité familiale, Montréal (Québec), République démocratique du Congo
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > École de travail social
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 06 déc. 2013 14:08
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:26
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/5666

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...