Polysemy and cross-linguistic variation : a study of English and French deictic motion verbs

Zuercher, Beau (2013). « Polysemy and cross-linguistic variation : a study of English and French deictic motion verbs » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en linguistique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (27MB)

Résumé

La présente thèse en sémantique lexicale examine le phénomène de la polysémie (c.-à-d. l'existence de multiples emplois inter-reliés pour un même mot), et ce de deux points de vue : d'une part, celui du statut de la polysémie dans le lexique, et d'autre part, celui des causes de la variation de la polysémie entre les langues. Les tenants d'approches par sens multiples – en particulier ceux qui travaillent dans le cadre de la sémantique cognitive – attribuent la polysémie d'un mot donné à un réseau complexe de sens organisés autour d'un sens prototypique et concret, ces sens étant reliés par des relations telles que la similarité et la métaphore. Mais ces approches par sens multiples souffrent d'un manque de parcimonie (prolifération des sens, redondances entre connaissances sémantiques et connaissances du monde, redondances entre les sens individuels), et elles n'offrent pas de moyen adéquat pour rendre compte des différences de polysémie que l'on observe d'une langue à l'autre. La présente étude se penche sur les verbes déictiques anglais et français qui permettent d'exprimer des situations de 'mouvement' (COME, GO, VENIR et ALLER) par le biais de trois questions : 1) ces verbes ont-ils de multiples sens lexicaux ou un sens lexical unique; 2) pourquoi montrent-ils les ressemblances d'emploi que l'on observe en comparant les deux langues, et 3) pourquoi montrent-ils les différences d'emploi que l'on observe? En utilisant des données provenant de plusieurs dictionnaires, d'un petit corpus et des intuitions de locuteurs, nous avons identifié pour chaque verbe un grand ensemble de significations possibles qui appartiennent à une grande variété de domaines, et nous avons identifié le contenu sémantique lexical invariant de chacun de ces verbes en les analysant dans le cadre de l'approche monosémiste de Bouchard (1995) ainsi que celui de l'approche néo-saussuréenne de Bouchard (2002, à paraître). Nous montrons que chacun de ces verbes est monosémique au niveau lexical, ne possédant qu'une seule représentation sémantique abstraite dont les composantes sont ancrées dans des propriétés de la cognition générale. Plus spécifiquement, COME et VENIR expriment l'orientation abstraite vers le centre déictique (défini comme un point qui est accessible à un Sujet de Conscience), tandis que GO et ALLER expriment l'orientation abstraite vers une relation avec l'anti-centre déictique, le complément du centre déictique. Nous démontrons en détail comment tous les emplois sémantiques discutés dans cette étude découlent de la manière dont ces représentations sémantiques indépendantes de tout domaine particulier interagissent avec des inférences basées sur des connaissances extralinguistiques. Le degré élevé de polysémie contextuelle de ces éléments découle du caractère très abstrait de leurs composantes sémantiques ('orientation', 'Sujet de Conscience', 'accessibilité', localisation' et R, une relation combinatoire maximalement générale). Comme il existe de nombreuses façons pour un élément d'interagir avec ces composantes (selon la nature des entités impliquées dans la situation), ces verbes peuvent donner lieu à un nombre pratiquement sans limites de manifestations différentes en fonction du contexte. Nous montrons par ailleurs que les ressemblances observées dans ces paires d'équivalents français-anglais découlent de leur contenu sémantique commun, tandis que les nombreuses asymétries que l'on observe dans les emplois de ces paires s'expliquent par une seule différence au niveau du sens invariant : les verbes anglais contiennent une relation de localisation, alors que les verbes français correspondants contiennent la relation combinatoire générale R. Étant donné que les représentations sémantiques de ces verbes sont très abstraites, l'interaction entre cette petite différence au niveau du contenu sémantique, d'une part, et les connaissances contextuelles et les connaissances du monde, d'autre part, donne lieu à d'abondantes différences de surface. D'autres différences émergent de l'interaction entre ces sens uniques et les différences grammaticales et lexicales entre l'anglais et le français. Ainsi, nous démontrons qu'une approche monosémique permet d'offrir une analyse de la polysémie et de la variation qui est à la fois compréhensive et parcimonieuse. Les résultats obtenus appuient l'idée selon laquelle les mots tendent à être monosémiques au niveau du lexique ainsi que l'idée selon laquelle les composantes sémantiques lexicales (à la fois celles qui sont récurrentes d'une langue et l'autre et celles qui varient) sont ancrées dans des propriétés de la cognition générale. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : sémantique lexicale, polysémie, monosémie, variation, verbes de déplacement déictiques, anglais, français

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur
Directeur de thèse: Bouchard, Denis
Mots-clés ou Sujets: Anglais (Langue), Déictique, Français (Langue), Polysémie, Sémantique lexicale, Verbe de mouvement
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de linguistique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 mars 2014 15:02
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:27
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/5782

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...