Culture martiale et développement identitaire par une communication aux fondements de la "chair"

Lajeunesse, Richard (2013). « Culture martiale et développement identitaire par une communication aux fondements de la "chair" » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (34MB)

Résumé

La rencontre des cultures orientale et occidentale dans la modernité a amené les arts martiaux vers une avenue différente de leur vocation originelle. Leurs fondements philosophiques et spirituels ont été remplacés par une idéologie sportive qui reflète les convictions profondes de la philosophie de l'époque des Lumières, c'est-à-dire la croyance au progrès illimité de l'être humain. Nous remarquons particulièrement cette influence dans le cadre de la pratique des chorégraphies de combat appelées « formes ». Celles-ci constituent les fondements techniques qui différencient les styles d'arts martiaux. Leur approche en entraînement est aujourd'hui devenue une affaire de performance physique plutôt qu'une « Voie » globale d'apprentissage pour leurs pratiquants. Relativement à notre préoccupation liée à l'entraînement martial, notre thèse tente de répondre à deux questions. Comment une approche martiale fondée sur le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme peut-elle s'inscrire aujourd'hui dans la pensée occidentale? Dans le cas précis qui nous intéresse, comment une pratique des formes peut-elle se rapprocher de ses origines et, par le fait même, avoir une certaine incidence sur le développement identitaire de ses pratiquants? Pour ce faire, notre premier objectif tente de clarifier et de comprendre les affinités qui existent entre certains courants de pensée d'Extrême-Orient, le monde martial dans sa culture propre et la phénoménologie comme épistémè communicationnelle. Notre second objectif nous conduit sur la voie interrogative des effets de ce recadrage culturel de la pratique des formes. Dans le cadre d'un laboratoire conçu à cet effet, nous cherchons à comprendre comment les trames intersubjectives de la perception exercent certaines influences sur les interactions entre pratiquants qui les conduisent à se situer par rapport à leur identité. En raison de la prise en compte des phénomènes du corps et de l'esprit, l'approche merleau-pontyenne nous est apparue la plus adéquate pour recadrer la pratique des formes. En nous inspirant de la pensée du philosophe français, trois concepts ont été retenus pour la suite de notre démarche qui ont servi à répondre au second objectif de recherche. Dans la pensée de Merleau-Ponty, les concepts de culture, de trames intersubjectives de la perception et d'identité nous rappellent essentiellement qu'à titre de sujet incarné, en tant qu'être-au-monde, nous sommes entièrement saisis, pénétrés de part en part par le monde culturel qui nous entoure. De plus, nos expériences perceptuelles sont toujours constituées d'une certaine ambiguïté qui brouille notre saisie du monde, mais ces concepts nous rappellent aussi que nos expériences avec le sensible contiennent une source extraordinaire de créativité et de sens. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Bouddhisme, confucianisme, culture, identité, école de Ch'ang Hon, formes (tul), phénoménologie, taekwon-do ITF, taoïsme, trames intersubjectives de la perception

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur
Directeur de thèse: Coutlée, Gilles
Mots-clés ou Sujets: Arts martiaux, Bouddhisme, Confucianisme, Taoïsme, Identité (Psychologie), Intersubjectivité, Culture, Perception, Phénoménologie, Kata, Taekwon do
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 mars 2014 13:50
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:27
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/5816

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...