Le plus grand bonheur pour le plus grand nombre

Boulad-Ayoub, Josiane (1989). « Le plus grand bonheur pour le plus grand nombre ». Études Françaises, 25(2/3), pp. 132-150.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (172kB)

Résumé

L'interrogation qui se pose alors pour la pensée sur l'homme, est la suivante : comment l'homme, produit de la nécessité naturelle, va-t-il réagir en face de cette nature toute puissante ? Le problème que suscite la confrontation entre les principes d'un déterminisme érigés en lois de la nature universelle et le postulat volontariste de préserver la liberté naturelle de l'individu, liberté qui appelle l'égalité politique, l'égalité de tous devant la loi, ne sera pas seulement que profilé mais affronté en ces termes. Une solution originale lui est donnée que nous croyons trouver dans les développements de l'époque sur le thème du bonheur et au moyen du rôle symbolique d'embrayeur théorico-pratique, si l'on peut dire, que joue le concept de vertu et son action (morale et politique). Nous tenons qu'un tel concept dans la mesure où, pendant les Lumières, son accomplissement est défini, dans une perspective téléologique, par le Progrès, travaille à unifier, sous le principe du droit au bonheur de l'humanité en tant que telle, une réalité et un devoir-être ; un droit qui, s'accompagnant du devoir de bienfaisance, dictent tous deux les manifestations concrètes de la sociabilité humaine.

Type: Article de revue scientifique
Mots-clés ou Sujets: bonheur, plaisir, vertu, nature, liberté, égalité, sensualisme
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de philosophie
Déposé par: Josiane Boulad-Ayoub
Date de dépôt: 06 mars 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:04
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/585

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...