Les émotions liées à la production d'erreurs en contexte scolaire chez les élèves du primaire

Brunette, Marie Michelle (2013). « Les émotions liées à la production d'erreurs en contexte scolaire chez les élèves du primaire » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

Ce mémoire traite du rapport à l'erreur des élèves ou plus précisément des émotions que ceux-ci ressentent lorsqu'ils se trompent lors de différentes situations d'apprentissage. Les objectifs de cette étude exploratoire sont au nombre de trois : évaluer les émotions liées à l'erreur chez les élèves du primaire afin de voir si elles varient selon le degré scolaire et selon le genre des participants, vérifier si le contexte dans lequel l'erreur est produite influence l'intensité des émotions ressenties et finalement, établir la force du lien entre les émotions liées à l'erreur, la motivation scolaire et la perception de compétence des élèves. L'échantillon de convenance compte 402 élèves de la 2e à la 6e année qui ont répondu à un questionnaire dans lequel ils devaient évaluer l'intensité de cinq émotions (joie, tristesse, colère, honte et peur) dans des situations d'erreurs commises au quotidien scolaire décrites dans 14 vignettes. Ces situations couvrent les contextes privé ou public et formatif ou sommatif. Certains items du questionnaire portent également sur la motivation scolaire (Keeves, 1974) et sur la perception de compétence (Roeser, Arbreton et Anderman, 1993). Les moyennes d'intensité obtenues laissent entendre que les élèves ressentent les différentes émotions négatives à une intensité relativement faible. Ils donneraient donc une faible connotation négative à l'erreur en contexte scolaire. Les résultats indiquent qu'il n'y a pas de différence significative dans l'intensité des émotions d'un degré à l'autre, ni d'un cycle à l'autre, mais les filles rapportent davantage de tristesse, de honte et de peur que les garçons. Les résultats indiquent aussi que les émotions liées à l'erreur diffèrent selon le contexte dans lequel elle est produite. Il y a une interaction entre les variables contexte et cycle. Par ailleurs, nos données n'ont pas permis de démontrer un lien entre les émotions négatives liées à l'erreur et la motivation scolaire. Cependant, en ce qui a trait à la perception de compétence, au troisième cycle, les filles qui se sentent compétentes à l'école ressentent les émotions négatives moins intensément face à l'erreur. Dans l'ensemble, les résultats obtenus soulignent l'importance de poursuivre les études dans le domaine des émotions scolaires et d'explorer davantage le rapport à l'erreur chez les élèves. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : émotions, erreur, scolaire

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Gosselin, Catherine
Mots-clés ou Sujets: Élève du primaire, Émotion, Échec, Échec scolaire, Environnement scolaire
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 14 mai 2014 18:05
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:27
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/5871

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...