Vers une approche sociale ou managériale des relations publiques? : le cas du printemps érable

Provencher, Alexandre (2013). « Vers une approche sociale ou managériale des relations publiques? : le cas du printemps érable » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

À l'hiver 2012, au Québec, une grève étudiante se déclenche. Qualifiée de Printemps érable, elle oppose le gouvernement du Québec et les associations étudiantes sur la question d'une hausse de 75 % des frais de scolarité. Ce conflit se caractérise par un bris de communication entre les acteurs qui s'explique, notamment, par l'utilisation des relations publiques. Les relations publiques ne comportent pas de définition consensuelle. Deux approches théoriques sont présentes dans la littérature : l'approche sociale et l'approche managériale. Trois modèles de pratique découlent de ces deux approches : le modèle social, le modèle de la communication bidirectionnelle symétrique et le modèle managérial. Ils conçoivent les relations publiques différemment. Les objectifs de notre recherche sont de décrire et de comprendre l'utilisation des relations publiques par les acteurs de la grève étudiante. Nous désirons identifier quel(s) modèle(s) de relations publiques le gouvernement du Québec et les associations étudiantes ont adopté(s) lors de la crise étudiante de 2012. Nous croyons que l'adoption du modèle managérial des relations publiques explique, en partie, le bris de communication et l'impasse entre les acteurs. Dans notre étude, nous retenons une approche qualitative. Elle repose sur une analyse de contenu. Notre échantillonnage se compose de 74 communiqués de presse, points de presse et entrevues du gouvernement du Québec et des associations étudiantes. Notre grille d'analyse se divise en trois parties. La première partie contextualise chaque échantillon. La deuxième partie reprend les registres de la communication de Breton (2006). La troisième partie, enfin, se base sur la typologie du dialogue en relations publiques de Kent et Taylor (2002). À la lumière de notre analyse des résultats, il appert que le modèle managérial des relations publiques est adopté par les acteurs de la crise étudiante. Les relations publiques sont stratégiques. Selon nous, l'absence de dialogue entre les acteurs, la défense de leurs intérêts propres, l'impossible consensus sur le débat, la difficile gestion des relations et l'application des théories de relations publiques permettent d'expliquer le bris de communication et le recours au modèle managérial. Nous concluons ce mémoire par des pistes de réflexion afin de repenser les relations publiques et leurs théories. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : relations publiques, Printemps érable, crise étudiante, communication politique, modèles

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Théorêt, Yves
Mots-clés ou Sujets: Communication politique, Gouvernement, Grève étudiante (Québec 2012), Organisation étudiante, Relations publiques, Modélisation
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 août 2014 21:03
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:28
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6027

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...