La relation du patrimoine et du tourisme : une histoire de perception : le cas du Vieux-Québec

Payeur, Julie (2013). « La relation du patrimoine et du tourisme : une histoire de perception : le cas du Vieux-Québec » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en développement du tourisme.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (16MB)

Résumé

La relation entre le patrimoine et le tourisme est complexe. Ces concepts s'opposent, se complètent et s'interrelient dans une synergie qui peut s'avérer compliquée en milieu urbain. Cette recherche a pour but d'analyser la perception qu'ont les groupes de défense du patrimoine envers le développement touristique dans le Vieux-Québec. Elle se veut un recensement des arguments et du discours entretenu sur le tourisme par chacun des groupes rencontrés. De plus, la recherche identifie les éléments qui influencent la perception des groupes pour finalement établir une relation entre le développement du tourisme et la conservation du patrimoine dans une perspective de développement durable. J'émets comme hypothèse qu'une connaissance approfondie des perceptions des groupes de sauvegarde envers le tourisme permet une meilleure compréhension et application d'un tourisme durable dans des quartiers historiques tel l'arrondissement historique du Vieux-Québec. De plus, la perception du tourisme sera relativement différente compte tenu de leur contexte d'action, ce qu'ils désirent protéger, ainsi que la provenance de leurs membres. La méthodologie employée pour la réalisation de ce mémoire s'inspire de la triangulation des données par l'utilisation des disciplines de l'histoire et de l'ethnologie. Dans un premier temps, un travail en archives a été effectué afin de bien contextualiser les propos des groupes rencontrés. Puis, des entrevues semi-dirigées ont été réalisées auprès des divers intervenants. Au total, cinq groupes ont été rencontrés : Action patrimoine, la Coalition Héritage Québec, la Commission de la capitale nationale du Québec, le Comité des citoyens du Vieux-Québec et la Société historique de Québec. Les résultats obtenus ont permis d'apprendre que les groupes de sauvegarde voient le tourisme comme un élément essentiel pour la vitalité économique de l'arrondissement historique et la préservation du patrimoine. Néanmoins, le développement touristique dans sa forme actuelle constitue aussi un danger pour l'authenticité bâtie et sociale du secteur. À partir de ces résultats, il est possible de constater que la perception de ces groupes est influencée par leur vision du patrimoine, leur âge, leur emploi/formation et leur lieu d'habitation. Les groupes de sauvegarde agissent dans un but de protection de l'environnement bâti, vivent sa réalité et connaissent - pour la plupart - très bien l'aspect socioculturel du secteur. Il serait donc pertinent que l'industrie touristique les considère davantage afin de réussir un développement plus efficace et durable. Économiser la ressource, le patrimoine dans le cas du Vieux-Québec - puisque c'est le principal attrait de la ville - est nécessaire à l'industrie touristique pour qu'elle puisse faire des profits. La préservation du patrimoine s'avère donc rentable à long terme et bénéfique pour de nombreux acteurs. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : patrimoine, tourisme, groupe de sauvegarde, Vieux-Québec

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Morisset, Lucie K.
Mots-clés ou Sujets: Développement touristique, Patrimoine culturel, Protection du patrimoine, Quartier ancien, Tourisme durable, Vieux-Québec (Québec Québec)
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion > Département d'études urbaines et touristiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 août 2014 20:45
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:28
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6047

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...