L'utilisation de contextes associés au corps humain pour susciter l'intérêt des étudiantes en physique mécanique : une étude de l'engagement émotionnel

Allaire-Duquette, Geneviève (2013). « L'utilisation de contextes associés au corps humain pour susciter l'intérêt des étudiantes en physique mécanique : une étude de l'engagement émotionnel » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (12MB)

Résumé

Il est souvent évoqué que les cours de physique postsecondaires proposent aux étudiants des problèmes décontextualisés ou mis en contexte essentiellement à partir de thèmes techniques plutôt qu'humains (Holmes, Burns, Marra, Stubbe et Vine, 2003; Murphy, 1990; Srivastava, 1996). Cela expliquerait en partie la sous-représentation historique et actuelle des femmes dans ce domaine ainsi que le déclin de l'intérêt des étudiantes à l'égard de la physique. Il s'avère en effet plus difficile pour les étudiantes de développer et maintenir un intérêt pour la discipline puisque les contextes humains, pratiquement absents en physique, sont reconnus comme suscitant mieux l'intérêt des femmes que les contextes purement techniques qui sont majoritairement utilisés (Hoffmann, 2002). À ce jour, les recherches en enseignement de la physique portant sur l'intérêt des étudiants utilisent principalement des données comportementales ou contextuelles, mais aucune n'a encore mesuré l'intérêt en temps réel et en action. Or, des mesures psychophysiologiques permettent de recueillir ce type de données de façon non intrusive et ainsi d'observer le déclenchement de l'intérêt par la mesure de l'engagement émotionnel d'étudiantes pendant qu'elles réalisent des tâches en physique. Le choix de la variable « engagement émotionnel » est justifié par des résultats de recherche démontrant qu'un engagement émotionnel marqué et positif représente un premier stade essentiel dans le développement de l'intérêt pour une discipline (Hidi et Renninger, 2006). Le protocole de cette recherche permet de comparer l'engagement émotionnel d'étudiantes réalisant des exercices de physique dont certains sont contextualisés de manière technique et d'autres par des thèmes touchant au corps humain. Les données ont été recueillies auprès de treize étudiantes de niveau collégial et universitaire qui ont chacune réalisé dix exercices à contexte technique et à contexte humain. En somme, les résultats de cette recherche permettent de conclure que la contextualisation de la physique semble jouer un rôle significatif dans le déclenchement de l'intérêt des étudiantes pour la physique, puisque l'engagement émotionnel des étudiantes s'est avéré significativement plus positif, et en partie significativement plus marqué lors de la réalisation d'exercices contextualisés à partir du corps humain qu'à partir d'objets techniques. Toutefois, certaines limites associées au design de la tâche expérimentale et à la sélection et la taille de l'échantillon incitent à user de prudence dans l'interprétation des résultats et la généralisation des conclusions de cette recherche. Une deuxième phase de l'étude incluant un plus grand échantillon et une tâche plus variée serait nécessaire pour réellement confirmer les hypothèses. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : intérêt, physique, femmes, engagement émotionnel, activité électrodermale.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Charland, Patrick
Mots-clés ou Sujets: Élève, Enseignement des sciences, Étudiant universitaire, Émotion, Intérêt (Psychologie), Corps humain, Mécanique (Physique), Physique, Résolution de problème
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 août 2014 20:42
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:28
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6054

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...