Le flâneur : exploration et expérimentation de l'espace urbain à travers les pratiques artistiques de Spurse, Jean-François Prost, Jean-Maxime Dufresne et Virginie Laganière

B. Turenne, Guillaume (2013). « Le flâneur : exploration et expérimentation de l'espace urbain à travers les pratiques artistiques de Spurse, Jean-François Prost, Jean-Maxime Dufresne et Virginie Laganière » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en histoire de l'art.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (12MB)

Résumé

Cette recherche porte sur les pratiques artistiques usant de la flânerie comme moyen d'investiguer et d'habiter l'espace urbain actuel. Le point de départ de cette réflexion se trouve dans les écrits du poète français Charles Baudelaire. Au milieu du XIXe siècle, ce dernier amorce une réflexion portant sur l'expérience urbaine à l'aube de l'industrialisation. Dans ce contexte, Baudelaire développe une première conception de la flânerie comme l'émergence d'une nouvelle personnalité sociale qu'il lie à la figure de l'artiste et à une nouvelle forme d'expérimentation de la ville. Cette figure baudelairienne du flâneur constitue le point nodal de nombreuses pratiques artistiques, en particulier depuis les années soixante jusqu'à aujourd'hui. Par exemple, les œuvres de Vito Acconci, André Cadère et Tehching Hsieh introduisent des problématiques liées à la flânerie dans leurs pratiques artistiques. En amont de ces œuvres, se met également en place une démarche à la limite de l'art. Durant les années cinquante, L'Internationale situationniste développe une conception de la flânerie comme dépassement de la forme artistique pour s'immiscer dans l'expérimentation concrète de la ville. Ce procédé, associé aux concepts de dérive et de psychogéographie, vise à transcender le statut de représentation de l'œuvre d'art pour confronter l'expérience urbaine. Dans la même optique, cette recherche a également pour objectif de comprendre le processus urbain et la dynamique qui influence l'expérience même des lieux. Pour ce faire, cette recherche s'est notamment intéressée aux écrits de Walter Benjamin, Georg Simmel, Henri Lefebvre, Susan Buck-Morss, Marcel Hénaff et David Harvey pour tenter de saisir les transformations marquantes de la ville depuis la révolution industrielle jusqu'à nos jours. Les transformations urbaines qui ont façonné la ville moderne sont alors intimement liées à la survie et à l'expansion du capitalisme. Ce long processus urbain s'inscrit aujourd'hui dans un nouveau contexte qui est défini comme postmoderne, en référence principalement aux écrits de Fredric Jameson et de Marc Augé. Dans ce contexte actuel, cette recherche s'est intéressée plus spécifiquement à la situation urbaine dans un cadre géographique précis, c'est-à-dire la grande région métropolitaine de Montréal et aux pratiques artistiques qui y prennent place. Les projets Perception et appartenance : parcourir les zones de Montréal du collectif Spurse, Adaptive Actions de Jean-François Prost et de Hot Spots de Jean-Maxime Dufresne et Virginie Laganière introduisent à leurs manières les problématiques liées à l'expérience en milieu urbain ainsi que la pratique de la flânerie. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Flâneur, marche, dérive, art, Spurse, Jean-François Prost, Virginie Laganière, Jean-Maxime Dufresne

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur
Directeur de thèse: Gérin, Annie
Mots-clés ou Sujets: Dufresne Jean-Maxime 1973-, Laganière Virginie, Prost Jean-François, Art, Démarche artistique, Espace urbain, Promenade, Thème artistique, Ville, Spurse
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'histoire de l'art
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 oct. 2014 17:40
Dernière modification: 14 avr. 2015 19:53
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6205

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...