Facteurs individuels relatifs à l'autorégulation et au développement professionnel des psychothérapeutes dans leur expérience du geste suicidaire d'un patient

Bordeleau, Vincent (2013). « Facteurs individuels relatifs à l'autorégulation et au développement professionnel des psychothérapeutes dans leur expérience du geste suicidaire d'un patient » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (23MB)

Résumé

Approchant l'expérience du geste suicidaire d'un patient (GSP) par les psychothérapeutes comme un incident professionnel critique susceptible de constituer une opportunité de croissance, cette recherche s'intéresse à l'implication d'une variable de personnalité (style autorégulatoire) et du niveau de développement professionnel dans les réactions des cliniciens au GSP, et dans l'assimilation qu'ils font de l'événement à plus long terme, qu'elle se solde par une croissance ou par une stagnation professionnelle. Elle vise notamment à vérifier empiriquement et de manière quantitative le constat récurrent selon lequel la personnalité constitue en définitive le principal déterminant de la métabolisation de l'expérience du GSP par les thérapeutes, et à mettre en lumière certains mécanismes impliqués dans ce processus, en particulier le deuil de la grandiosité thérapeutique comme avenue de croissance professionnelle. L'impact d'autres facteurs liés au contexte et à la personne du thérapeute est également investigué, de même que les liens entre le style autorégulatoire comme variable centrale de personnalité, avec le niveau de développement professionnel. Quarante-six cliniciens francophones ayant vécu en carrière le geste suicidaire (17 tentatives, 29 suicides complétés) d'au moins un patient en cours de processus thérapeutique ont complété des questionnaires ciblant : les circonstances entourant le geste suicidaire de leur patient, diverses caractéristiques de leur pratique professionnelle, du client et de la relation thérapeutique les unissant, l'ampleur et l'intensité de leurs réactions au geste suicidaire de leur patient, leur appréciation des stratégies d'adaptation professionnelle auxquelles ils ont eu recours suite à l'événement, leur style autorégulatoire (Questionnaire d'introject SASB : Loma Smith Benjamin, 1995/2006), leur niveau de développement professionnel, leur niveau de détresse actuel (IDPSQ : Kovess, 1985) ainsi que leur évaluation rétrospective de la qualité de la relation thérapeutique avec le client peu avant le geste suicidaire (Working Alliance Inventory – Short form, WAI-S : Tracey & Kokotovic, 1989, trad. par Bachelor & Salamé, 1991). Les résultats révèlent que le facteur le plus intimement lié à l'intensité des réactions au GSP est le niveau de développement professionnel des thérapeutes, en particulier le degré de maturité des critères d'efficacité thérapeutique, ce qui confirme la nature « narcissique-professionnelle » de l'atteinte portée par la PPS chez le clinicien. En partie parce que leur notion de responsabilité professionnelle est susceptible d'être passablement grandiose ou démesurément ambitieuse, les thérapeutes présentant un niveau de développement professionnel plus faible tendent ainsi à réagir plus intensément au moment du GSP, et à en conserver des traces plus vives avec le passage du temps. Pour sa part, la personnalité du thérapeute intervient moins dans l'intensité de la réaction initiale (surtout fonction du niveau de maturité professionnelle), que dans la métabolisation qui est faite à plus long terme de l'événement. Le style autorégulatoire semble en effet intervenir dans le destin épistémique de l'expérience; les thérapeutes plus bienveillants envers eux-mêmes connaissent avec le temps un plus grand apaisement de leurs réactions à la PPS, signe qu'ils pourraient avoir été en mesure de métaboliser l'incident critique d'une manière peut-être plus constructive. Cela illustre un mode de participation du style autorégulatoire du psychothérapeute au développement professionnel. Ces résultats nous permettent de proposer, en discussion, un modèle de la « croissance professionnelle post-adversité » appliqué au contexte de la PPS, et intégrant des éléments des théories de la croissance post-traumatique (CPT) et du modèle de développement professionnel des psychothérapeutes de Skovholt et Ronnestad (2003; 1992). Le modèle suggère une avenue explicative pour l'implication dynamique du niveau de développement professionnel et du style autorégulatoire dans la métabolisation de l'expérience de PPS et ses impacts sur le développement professionnel en termes de stagnation ou de croissance. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : suicide, client, psychothérapeute, autorégulation, développement professionnel.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Drouin, Marc-Simon
Mots-clés ou Sujets: Adaptation psychologique, Aspect psychologique, Client, Impact, Maîtrise de soi, Perfectionnement professionnel, Psychothérapeute, Suicide
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 déc. 2014 14:21
Dernière modification: 22 déc. 2014 14:21
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6533

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...