Effets du choc technologique spécifique à l'investissement sur le comportement cyclique de l'inflation

Barreau, Junia (2014). « Effets du choc technologique spécifique à l'investissement sur le comportement cyclique de l'inflation » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en économique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

Parmi les nombreux changements survenus avec la Grande Modération dans les agrégats macroéconomiques, on peut noter une modification importante de la persistance dans le temps ainsi du comportement cyclique de l'inflation. Le choc technologique spécifique à l'investissement étant présenté comme une composante cyclique primordiale dans la croissance économique, il est intéressant de comprendre dans quelle mesure ce type de choc en particulier est porteur des changements identifiés dans la variable inflation. Le taux de croissance du déflateur du PIB réel du secteur non-agricole sert de mesure du taux d'inflation global. Pour mener à bien cette recherche, un système vectoriel autorégressif (SVAR) est utilisé avec la méthode "Bootstrap après Bootstrap" pour le calcul des intervalles. Le prix réel d'équipement composé par DiCecio (2009) selon la méthodologie retenue par Fisher (2006) permet de récupérer dans le SVAR le choc technologique spécifique à l'investissement. Après calcul des corrélations conditionnelles aux chocs, il apparaît que le choc technologique spécifique à l'investissement modifie de manière importante le rapport de l'inflation au PIB en provoquant un mouvement contemporain pro-cyclique de l'inflation à partir de 1984; alors que pour la période pré-84, l'inflation est anticyclique. Les chocs technologique neutre et monétaire demeurent influents et semblent se neutraliser. Il peut être ajouté que le choc non-technologique de son côté joue un rôle atténué mais pas complètement inopérant sur l'évolution cyclique de l'inflation. Le choc monétaire et le N-choc semblent détenir également une grande responsabilité dans le maintien du degré de mémoire assez élevé au premier ordre, puis moyen et stable au fil du temps. Parallèlement, l'I-choc et le choc non-technologique exercent de fortes pressions à la baisse, ce qui explique le déclin plus prononcé de la persistance de l'inflation à partir du second ordre. Par ailleurs, la chute de volatilité aussi bien du PIB réel que de l'inflation est attribuable aux chocs technologique neutre et monétaire dont les contributions aux fluctuations de ces deux variables se sont considérablement réduites à partir de 1984. Le choc technologique spécifique à l'investissement ne semble être aucunement à l'origine de la stabilisation macroéconomique de ces deux variables. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Choc technologique spécifique à l'investissement, choc technologique neutre, choc monétaire, Grande Modération, inflation et cycle, corrélation conditionnelle, volatilité conditionnelle.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Phaneuf, Louis
Mots-clés ou Sujets: Cycle économique, Grande modération, Inflation, Investissement, Choc monétaire, Choc technologique
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 05 mars 2015 19:16
Dernière modification: 27 avr. 2015 16:21
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6755

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...