The increase in real wage volatility and structural changes in the U.S. labor market

Champagne, Julien (2014). « The increase in real wage volatility and structural changes in the U.S. labor market » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en économique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

Cette thèse comprend trois articles qui portent sur les changements dans le marché de travail aux États-Unis, et de leurs effets sur le comportement dynamique des salaires réels moyens en particulier et le cycle économique en général. Le premier article documente de façon détaillée l'augmentation de volatilité relative des salaires réels aux États-Unis qui a eu lieu durant la Grande Modération et propose une explication théorique pour ce phénomène. Le deuxième article se penche sur la divergence marquante au niveau de la tendance et du cycle des deux mesures agrégées les plus populaires de salaire moyen aux États-Unis, et offre des explications pour ces divergences. Finalement, le troisième chapitre tente d'établir un lien théorique entre deux phénomènes qui sont survenus dans le marché du travail lors des trente dernières années, soit l'augmentation de volatilité relative des salaires réels (documentée dans le premier article) et l'augmentation de l'incidence de la rémunération liée à la performance dans l'économie américaine. Le premier article documente qu'au cours des 25 dernières années, la volatilité du salaire réel horaire moyen a augmenté substantiellement par rapport à la celle du PIB réel aux États-Unis. Utilisant des micro-données provenant du Current Population Survey (CPS) nous montrons que cette augmentation est principalement due aux augmentations de volatilités relatives des salaires horaires moyens de différents groupes de travailleurs dans la force de travail et non pas à cause de biais de composition dans celle-ci. Des simulations provenant d'un modèle d'équilibre général dynamique stochastique (DSGE) illustrent qu'il est très peu probable que l'augmentation observée de la volatilité relative des salaires moyens provienne de changements à l'extérieur du marché de travail (e.g. de chocs exogènes moins fréquents ou d'une politique monétaire plus agressive). Par contre, une plus grande flexibilité dans la détermination des salaires, due à la baisse du niveau de syndicalisation et à l'augmentation de l'incidence de la rémunération liée à la performance tels qu'observées dans les données du marché de travail américain, est capable d'expliquer une portion substantielle de l'augmentation de volatilité relative des salaires moyens. Cette plus grande flexibilité dans la détermination des salaires implique aussi une diminution de la volatilité du cycle économique, suggérant ainsi une nouvelle explication à la Grande Modération. Le deuxième article documente la divergence graduelle, autant en taux de croissance qu'en volatilité cyclique, des deux mesures de salaires moyens les plus utilisées pour l'économie américaine : les revenus horaires moyens provenant du Labor Productivity and Cast (LPC) program and les revenus horaires moyens du Current Employment Statistics (CES). Pendant que le salaire horaire LPC augmentait de 70% durant les quatre dernières décennies et devint beaucoup plus volatile au début des années 1980, le salaire horaire CES crû de seulement 20% durant la même période et a vu sa volatilité réduire après le début des années 1980. Nous avons déterminé que la divergence entre les deux mesures de salaire est due à une évolution très différente des revenus moyens par travailleur, et non à cause des heures travaillées (ces dernières évoluent de façon similaires). Nous utilisons ensuite des données sur les salaires provenant du Current Population Survey (CPS), des National Income and Product Accounts (NIPAs), et de Piketty et Saez (2003) pour tenter de réconcilier la divergence entre les revenus moyens par travailleur. Notre analyse indique que des différences dans la définition des revenus et dans les populations échantillonnées peuvent expliquer une grande partie de la divergence. Notre analyse montre aussi que les différences entre les revenus provenant du CPS et du LPC peuvent être attribuées presqu'entièrement par les revenus des individus très fortunés ainsi qu'aux suppléments aux salaires tels que les contributions des employeurs aux pensions de retraite, qui sont inclus dans LPC mais pas dans CPS. Ce résultat est intéressant en soi étant donné l'utilisation très répandue dans les études utilisant les données en coupes transversales du CPS. Le troisième article considère un modèle de type du "cycle réel" (RBC) avec des frictions sur le marché du travail où sont introduites deux types de rémunération liée à l'effort. L'idée derrière ceci suit de près les travaux de la littérature microéconomique sur le performance-pay (e.g. Lazear, 1986). Dans le modèle, la négociation se fait avant d'observer les chocs à la période t pour les deux types de rémunération, mais l'objet de la négociation est très différente sous chaque type. La première forme de rémunération est une sorte de salaire d'efficience suivant l'intuition derrière le modèle de shirking de Shapiro et Stiglitz (1984), tandis que la seconde est appelée performance-pay car la négociation se fait autour d'une formule salariale qui lie le salaire à la production du travailleur. L'élément-clé ici est que le travailleur peut ajuster son effort (et donc sa performance) à chaque période étant donné l'état de l'économie. J'utilise le modèle pour simuler un changement dans l'incidence de la paie-à-la-performance tel qu'observé dans le marché du travail américain et j'évalue si ce type de changement structurel peut expliquer simultanément les deux phénomènes documentés ci-haut : la Grande Modération et l'augmentation de volatilité relative des salaires réels moyens. Alors que le modèle implique un salaire moyen plus volatile lorsque l'incidence de la rémunération à la performance est plus élevée, il implique aussi une plus grande volatilité de l'output et une plus grande corrélation entre le salaire réel moyen et l'output, deux résultats contrefactuels à l'expérience vécue par l'économie américaine durant la Grande Modération. Ces résultats posent un grand défi à l'idée qu'une plus grande flexibilité des salaires due à une plus grande incidence de la paie-à-la-performance peut répliquer les statistiques du cycle économique observées avant et pendant la Grande Modération. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : cycle économique, salaires, volatilité des salaires, Grande Modération, rémunération liée à la performance, marché du travail, modèle d'appariement.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Kurmann, André
Mots-clés ou Sujets: 1980-1989, 1990-1999, 2000-2009, Changement structurel (Économie), Cycle économique, Grande modération, Marché du travail, Rémunération variable, Salaire réel, États-Unis, Volatilité des salaires
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 05 mars 2015 19:19
Dernière modification: 05 mars 2015 19:19
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6758

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...