La figure du Qallunaat : Zebedee Nungak et la prise de parole inuit

Mongeon-Bourbonnais, Clara (2014). « La figure du Qallunaat : Zebedee Nungak et la prise de parole inuit » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

L'objectif principal de ce mémoire est d'examiner la production littéraire de Zebedee Nungak, un auteur inuit du Nunavik, dans le traitement qu'il réserve à la figure de l'Autre, du Qallunaat (le Blanc). La figure de l'Autre, telle qu'elle apparaît dans les textes de Nungak, fait naître et favorise une prise de parole postcoloniale, puisque l'Inuit produit lui-même le discours au lieu d'en être l'objet. Dans l'idée d'explorer la figure de l'Autre telle qu'elle est construite par trois auteurs inuits parmi lesquels Nungak, le premier chapitre de ce mémoire étudie le concept d'altérité en privilégiant l'approche sémiotique. Lorsque l'Inuit opère un changement de statut et devient le sujet de son propre discours, il désigne à son tour son « Autre » : le « Qallunaat ». L'étude de la figure du Qallunaat dans trois textes autobiographiques inuits révèle de quelles manières la présence de cet Autre permet aux auteurs de porter un jugement critique sur leur culture et leur identité en plein changement. Dans le second chapitre, je définis ce qui est entendu, dans le cas des Inuits, par « l'élaboration d'une prise de parole postcoloniale » en accordant une attention spéciale à la pensée d'Édouard Glissant. Le choix d'une telle approche favorise la mise en perspective des conditions d'émergence de la littérature inuite écrite au Nunavik. J'analyse comment, au moyen de la figure du Qallunaat construite par Nungak dans ses textes, la prise de parole prend forme et en quoi elle est associée à un acte politique et culturel. Dans le dernier chapitre, je m'intéresse spécialement à l'usage que fait Nungak de la satire dans son traitement de la qallunologie (cette science qu'a inventée Nungak pour son étude des Qallunaat), mais également dans la plupart de ses textes. La satire qui se déploie dans les textes de Nungak témoigne du « choc des cultures » et agit comme un instrument de prise de parole. Dans cet esprit, j'examine comment, en favorisant le dialogue entre Inuits et Qallunaat, la satire s'apparente à ce que Glissant nomme une « poétique de la Relation ». ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Qallunaat, Zebedee Nungak, Nunavik, altérité, parole postcoloniale, Inuit, littérature, satire, poétique, Québec, figure de l'Autre

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Chartier, Daniel
Mots-clés ou Sujets: Nungak Zebedee 1950-, Littérature inuit, Altérité, Blanc (Race), Identité (Psychologie), Poétique, Postcolonialisme, Satire, Thème
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 27 avr. 2015 18:19
Dernière modification: 27 avr. 2015 18:19
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6777

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...