Le pouvoir intragroupe et le pouvoir extragroupe : vers une compréhension bidimensionnelle du pouvoir groupal et son impact sur le bien-être individuel des membres de groupes sociaux

Aubin, Roxane (2014). « Le pouvoir intragroupe et le pouvoir extragroupe : vers une compréhension bidimensionnelle du pouvoir groupal et son impact sur le bien-être individuel des membres de groupes sociaux » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (21MB)

Résumé

En intégrant et en approfondissant les modèles théoriques existants qui s'intéressent au pouvoir (Jones, 1997; Overbeck & Park, 2001; Van Dijke & Poppe, 2006), la présente thèse doctorale a pour premier objectif d'étudier la relation entre le pouvoir groupal et le bien-être individuel des membres de groupes sociaux. Pour ce faire, le pouvoir groupal est conceptualisé de façon bidimensionnelle : alors que la dimension relative au pouvoir intragroupe réfère à la capacité du groupe d'avoir du contrôle sur les décisions concernant son environnement, ses ressources et sa destinée, la dimension relative au pouvoir extragroupe réfère à la capacité du groupe d'avoir du contrôle sur les décisions concernant l'environnement, les ressources et la destinée d'autres groupes sociaux. Le deuxième objectif de la thèse consiste à tester et à comparer les effets de ces deux dimensions du pouvoir groupal sur le bien-être individuel des membres de groupes afin de déterminer quelle est la dimension qui affecte le plus fortement le bien-être. Ces objectifs de recherche sont poursuivis à travers trois études expérimentales. Les trois études manipulent le pouvoir intragroupe et le pouvoir extragroupe et elles mesurent aussi les perceptions subjectives que les participants ont de la situation de pouvoir. La première étude utilise le paradigme expérimental des groupes minimaux afin de manipuler les degrés de pouvoir intragroupe et extragroupe selon un plan factoriel 2 X 2. Des étudiants du collégial ont pris part à cette étude (N=179). La deuxième étude utilise une vignette expérimentale pour manipuler les degrés de pouvoir intragroupe et de pouvoir extragroupe selon un plan factoriel 2 X 2 chez les membres d'un groupe réel, soit la communauté de l'UQAM (N=251). Afin de vérifier si le pouvoir intragroupe et le pouvoir extragroupe ont des effets distincts sur une conséquence plus proximale au contexte groupal, la satisfaction groupale est ajoutée comme variable dépendante. Dans la troisième étude, un groupe réel est aussi utilisé : la communauté québécoise francophone. Dans cette dernière étude, une nouvelle variable indépendante a été ajoutée afin de clarifier les résultats divergents observés de l'étude 1 à l'étude 2. Cette variable indépendante implique soit la présence ou l'absence d'un rappel donné aux participants de répondre en tant que membre de leur endogroupe. Alors que ce rappel était présent dans l'étude 1, il ne l'était pas dans l'étude 2. Une nouvelle variable dépendante est aussi ajoutée à l'étude 3, soit le biais pro-endogroupe. Cette variable permet de tester plus en profondeur le rôle du pouvoir extragroupe et si ce type de pouvoir spécifique a un impact sur le biais pro-endogroupe. Des Québécois francophones (N=229) ont participé à un questionnaire en ligne dans lequel une vignette expérimentale manipulait les degrés de pouvoir intragroupe et extragroupe et le rappel de la situation groupale selon un plan factoriel 2 X 2 X 2. Les résultats des trois études fournissent des évidences préliminaires quant à l'importance de conceptualiser le pouvoir groupal comme étant bidimensionnel. Les résultats suggèrent que le pouvoir intragroupe semble affecter de façon plus constante certains indicateurs de bien-être individuel (c.-à-d., anxiété, affects négatifs) comparativement au pouvoir extragroupe. En ce qui a trait au pouvoir extragroupe, celui-ci ressort comme seule variable indépendante significative ayant un impact sur le biais pro-endogroupe. La variable indépendante de rappel ajoutée à l'étude 3 a permis de clarifier partiellement les résultats des études 1 et 2 : Les interactions significatives observées entre le rappel et le pouvoir intragroupe sur certaines variables dépendantes ont confirmé que le rappel de répondre en tant que membre du groupe accentue l'impact du pouvoir intragroupe sur le bien-être. L'impact de cette variable de rappel sera discuté. De plus, les divergences observées entre les résultats obtenus lorsque les dimensions de pouvoir sont manipulées versus perçues seront discutées. Le présent projet contribue théoriquement et empiriquement à la littérature sur les relations intergroupes en approfondissant la relation entre le pouvoir groupal et le bien-être individuel. Les études expérimentales présentées dans cette thèse sont les premières à vérifier la pertinence de distinguer systématiquement le pouvoir sur soi ou sur son propre groupe du pouvoir sur les autres; la pertinence de ces deux dimensions avait déjà été reconnue aux niveaux d'analyse interpersonnel et individuel (Overbeck, 2010; Van Dijke & Poppe, 2006), mais jamais au niveau des processus de groupe. De plus, le projet de recherche confirme qu'il faut demeurer prudent dans la généralisation des résultats obtenus avec des groupes artificiels (p.ex., groupes minimaux, étude 1) à la réalité des groupes réels (études 2 et 3; Homsey, Spears, Cremers, & Hogg, 2003; Jetten, Spears, & Manstead, 1996; Mullen, Brown, & Smith, 1992). Le présent projet suggère aussi qu'il est important d'étudier plus en profondeur les processus impliqués entre la position de pouvoir groupal objective et la perception subjective que les membres de groupes ont de ce pouvoir (Anderson, John, & Keltner, 2012). ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : pouvoir groupal, pouvoir intragroupe, pouvoir extragroupe, bien-être, satisfaction, biais pro-endogroupe

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Amiot, Catherine
Mots-clés ou Sujets: Bien-être, Groupe social, Pouvoir, Relation de groupe, Relation intergroupe, Satisfaction personnelle
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 04 mai 2015 17:45
Dernière modification: 04 mai 2015 17:45
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/6896

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...