La recherche en contexte de développement : quel processus de collaboration?

Vianou, Katia (2014). « La recherche en contexte de développement : quel processus de collaboration? » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (13MB)

Résumé

Depuis le tournant des années 2000, la question de l'utilisation de la recherche scientifique dans les pays dits en développement (PED), notamment les pays d'Afrique subsaharienne, fait l'objet d'un intérêt sans précédent. Or les études récentes sur cette question – axées sur l'influence ou l'impact de la recherche, les déterminants de l'utilisation et les mécanismes visant à accroître l'influence de la recherche existante sur les politiques publiques au Sud – invitent à explorer une autre perspective, plus contextuelle et relationnelle, afin de jeter un éclairage complémentaire. Aussi, la thèse, dans son ensemble, vise-t-elle à rendre compte autant de la démarche empruntée pour développer une perspective originale sur le phénomène d'utilisation de la recherche dans les PED (spécialement dans les pays africains), que des constats auxquels cette perspective donne lieu. Dans cette optique, la démarche globale d'investigation suivie est habitée de la tradition ethnographique. Elle met en parallèle la situation des PED et celle des pays dits développés pour voir comment ces situations peuvent s'éclairer mutuellement. De plus, elle comporte deux volets – théorique et empirique – étroitement associés. Ainsi, d'une part, l'examen des études récentes sur l'utilisation signale l'opportunité d'un repositionnement de l'objet d'étude – de l'utilisation de la recherche comme phénomène en soi à l'utilisation comme étant largement inscrite dans le processus même de recherche – et d'une analyse du processus de recherche sous l'angle de la relation entre chercheurs, utilisateurs et bailleurs de fonds. Seulement, le fait d'étoffer cette piste sur le plan théorique conduit à l'élargir. En effet, l'état des lieux dressé des travaux sur la recherche scientifique (appartenant à plusieurs corpus théoriques, dont la coopération scientifique, l'analyse des politiques scientifiques, la communication des sciences, la recherche collaborative, l'épistémologie et l'anthropologie du développement) relève ceci : la problématique de l'utilisation de la recherche peut s'inscrire dans un cadre plus global, ayant trait à une évolution des formes de la recherche scientifique et de son rapport à la société. Il en ressort aussi que, dans les PED spécifiquement, l'étude de l'utilisation de la recherche se révèle inséparable d'une réflexion sur la coopération scientifique internationale et sur les conditions particulières de production de la recherche dans ces pays. D'autre part, la thèse se fonde sur une méthode ethnographique : une enquête de terrain (combinant l'observation participante, 35 entretiens ethnographiques, l'analyse de sources documentaires et le journal de terrain) a été réalisée entre 2004 et 2010 au sein d'un programme de recherche en éducation, fondé et hébergé par une organisation internationale à Dakar, au Sénégal. L'organisation en question est la Conférence des ministres de l'Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) et le programme de recherche, le Programme d'analyse des systèmes éducatifs de la CONFEMEN. En présidant à l'établissement de la problématique de même qu'à l'élaboration du questionnement et du cadrage conceptuel de la thèse, ce « cas de figure » et ce « terrain » (portant plus précisément sur une recherche du programme, menée à grande échelle au Sénégal) servent à la fois de point de départ et de piste d'investigation pour interroger la communication scientifique et les processus de recherche en Afrique subsaharienne. La combinaison de ces éléments théoriques et empiriques entraîne, dans un premier temps, la définition de la proposition d'investigation suivante : décrire et analyser le processus de collaboration, dans l'optique de l'utilisation de la recherche. Ici, la description et l'analyse dont il est question sont centrées sur une vision de la collaboration en tant que dynamique de communication, et gardent le rapport à l'Autre comme trame de fond et comme préoccupation éthico-épistémologique centrale. Il s'agit de chercher à comprendre la teneur du processus de collaboration (dans la recherche en sciences sociales) pour en saisir la dynamique, la signification et les enjeux. Trois concepts clés, issus de la littérature examinée, structurent le recueil et l'analyse des données : contextualisation (Gibbons et al., 1994), collaboration (Lassiter, 2005) et redevabilité (Romm, 2002). Dans un second temps, la mise en œuvre de cette proposition théoriquement et empiriquement fondée permet de dégager, à partir d'une analyse qualitative des données (thématique et par questionnement analytique), un certain nombre de constats. Ceux-ci concernent les motifs de l'émergence d'une préoccupation pour l'utilisation de la recherche en Afrique subsaharienne; la part du contexte de développement dans la recherche et dans son utilisation (à partir des grands organismes internationaux et se répercutant dans les stratégies locales); la structure de la collaboration, ses fondements et son déroulement; les lieux et les formes de la communication dans la collaboration; les conditions communicationnelles favorables à la collaboration; et le type de connaissances mis en relief par le modèle collaboratif de recherche. L'apport singulier de la thèse réside dans trois points : 1) l'apport d'éléments de connaissance empiriques à propos de la coopération scientifique en Afrique subsaharienne, 2) l'articulation de la communication au sein même des processus de collaboration et 3) la démonstration des emboîtements entre, d'un côté, les mises en place des agendas et des programmes de recherche et, de l'autre, les réalités quotidiennes, les valeurs et priorités locales, les politiques globales de développement (qui proclament l'ancrage dans les contextes locaux) – et leurs imbrications. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : ethnographie, collaboration, recherche en éducation, Afrique subsaharienne, communication scientifique

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Des Aulniers, Luce
Mots-clés ou Sujets: Éducation. Recherche. Afrique noire, Recherche. Pays en voie de développement, Sciences. Coopération internationale, Information scientifique, Sciences. Aspect social. Afrique noire, Ethnologie. Recherche sur le terrain, CONFEMEN
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 juin 2015 13:34
Dernière modification: 17 juin 2015 13:34
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7018

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...