Identité personnelle : la question de l'appréhension philosophique de la mort chez John Perry et Eric T. Olson

Menier, Mathieu (2014). « Identité personnelle : la question de l'appréhension philosophique de la mort chez John Perry et Eric T. Olson » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en philosophie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB)

Résumé

Ce mémoire porte sur le critère d'identité personnelle à travers le temps (IPTT) en regard de l'appréhension philosophique de la mort chez John Perry et Eric T. Olson. Ces penseurs défendent deux théories explicatives rivales : l'approche psychologique (AP) et l'approche biologique (AB). Qu'est-ce qui est nécessaire, pour vous et moi, en étant qualitativement identique à soi, afin de persister d'un moment à un autre dans le temps? Quelle est la nature des changements auxquels nous pouvons prétendre survivre? Lesquels vont porter notre existence à sa fin? Les concepts de persistance et de survie expriment la relation suivante : dire de vous que vous allez persister dans le futur ou que vous allez survivre à certaines aventures, cela revient à dire que vous, en tant qu'étant vous-même un être numériquement identique à vous, existerez dans le futur ou après l'aventure. Tenter de répondre à cette question implique que nous disposions d'un critère de l'IPTT. Ce critère doit être compris comme étant la relation, nécessaire et suffisante, pour qu'on puisse dire d'une personne à t qu'elle est la même à t', où t<t'. Le désaccord sur l'issue de ces questions porte sur le critère de l'IPTT. Aussi, les conceptions de ce que nous serions ontologiquement et comment nous pourrions continuer d'exister peuvent être regroupés sous trois principales catégories. La première s'exprime par le concept d'âme : une entité immatérielle, indivisible et ayant une existence continue à travers le temps. Cette notion fait appel au dualisme historique défendu par Descartes contre lequel de nombreuses évidences fortes s'opposent. La seconde nous vient de John Locke qui a défini une personne comme étant : « [...] un être pensant et intelligent, capable de raison et de réflexion, et qui peut se considérer soi-même comme soi-même, comme une même chose pensante en différents temps et en différents lieux ». Le critère lockéen de l'identité personnelle fait appel à une sorte de continuité psychologique dont John Perry se réclame également. La troisième conception, défendue par Eric T. Olson, en appelle à une continuité biologique en vertu de laquelle nous ne serions pas des êtres humains, mais plutôt des animaux humains pour lesquels aucune forme de continuité psychologique n'est ni nécessaire ni suffisante pour que nous puissions persister à travers le temps. Laquelle de ces deux approches, l'AP ou l'AB, correspond à celle qui offre le meilleur cadre explicatif à l'IPTT? D'une part, l'AP fait face au problème de la duplication de la personnalité et à celui du fœtus. D'autre part, l'AB fait face au problème de la duplication des corps. À partir de ces apories, la question du critère de l'IPTT semble devoir être reformulé à travers l'interrogation de ce qui importe véritablement dans la survie personnelle. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : identité personnelle, critère de persistance, approche psychologique, John Perry, approche biologique, Eric T. Olson, mort.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Voizard, Alain
Mots-clés ou Sujets: Perry John 1943-, Olson Eric T. (Eric Todd) 1963-, Identité, Mort, Immortalité (Philosophie), Identité personnelle à travers le temps
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de philosophie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 29 juin 2015 20:13
Dernière modification: 29 juin 2015 20:13
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7067

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...