L'emploi de Facebook par les ministères et agences du gouvernement du Canada : vers un modèle dialogique?

Rochowska, Marta (2015). « L'emploi de Facebook par les ministères et agences du gouvernement du Canada : vers un modèle dialogique? » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (40MB)

Résumé

Le présent mémoire propose une analyse sur la communication par l'entremise des médias sociaux, en occurrence Facebook, par les ministères et agences du Gouvernement du Canada et les citoyens. La question posée est celle de savoir si cet emploi utilise le plein potentiel dialogique offert par les médias sociaux. L'angle proposé est celui de la construction d'une grille d'analyse bâtie à base des composantes d'une communication dialogique telle que définie dans le cadre de la théorie de la communication dialogique. Nous proposons de mesurer le niveau dialogique des usages en sondant la présence de cinq caractéristiques de la communication dialogique : la mutualité, la proximité, l'empathie, le risque et l'encagement. Notre question de recherche est campée dans un phénomène social observé et documenté, soit la croissance d'un sentiment de désintérêt que manifestent les citoyens envers leurs gouvernements, tant bien au Canada que dans d'autres démocraties occidentales. Or certains voient dans la communication par l'entremise des medias sociaux un remède potentiel à ce problème mais à condition que la communication soit pratiquée de façon réellement dialogique. Pour atteindre notre objectif, nous présentons une lecture du problème du désintérêt ainsi que de l'engouement actuel envers les médias sociaux et comment ce dernier change les attentes des citoyens canadiens envers les communications avec leurs gouvernements. Nous abordons ensuite le contexte social plus large de la problématique, soit celui de la modernité réflexive, pour y démontrer la pertinence d'une communication axée davantage sur le dialogue, et ce à travers une transposition des principes de l'interactionnisme symbolique et des caractéristiques de la communication interpersonnelle sur l'emploi de Facebook par les ministères et agences du Gouvernement du Canada pour communiquer avec les citoyens. Pour conduire notre projet à terme, nous avons privilégié l'étude de cas au moyen d'une analyse qualitative de contenu par catégories. Cette méthode est propice à l'exploration du matériel de façon ouverte pour y découvrir de nouvelles connaissances et permet de faire émerger le sens des données. Deux conclusions émergent de notre démarche. La première est que lorsque la grille d'analyse que nous proposons au terme de notre étude est appliquée pour mesurer le niveau de dialogisme des communications par l'entremise de Facebook, nous constatons que les ministères et agences du Gouvernement du Canada y présents communiquent de façon peu ou modérément dialogique. La seconde tient au fait que notre étude démontre la pertinence de la mise sur pied d'une grille d'analyse qui permet d'évaluer si les communications par l'entremise des médias sociaux sont fait de façon qui est réellement dialogique, et donc de vérifier si les déclaration sur les pratiques se mesurent aux pratiques réelles elles-mêmes. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : médias sociaux, Facebook, communication dialogique, gouvernement du Canada, démocratie.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Yates, Stéphanie
Mots-clés ou Sujets: Canada, Facebook (Site Web), Participation politique, Communication politique, Démocratie électronique, Médias sociaux, Communication dialogique
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 juill. 2015 17:17
Dernière modification: 07 juill. 2015 17:17
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7114

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...