Évaluation des simulations de la version 5 du Modèle régional canadien du climat (MRCC5) par les analyses de précipitation stage IV sur l'Est des États-Unis

Diop, Mamadou Insa (2014). « Évaluation des simulations de la version 5 du Modèle régional canadien du climat (MRCC5) par les analyses de précipitation stage IV sur l'Est des États-Unis » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences de l'atmosphère.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (26MB)

Résumé

Les analyses de précipitation Stage IV à haute résolution spatiotemporelle (4 km, 1 h) sont utilisées pour évaluer les simulations du modèle MRCC5 piloté par les réanalyses ERA-Interim, sur une période de 11 ans (2002-2012). Afin d'évaluer la performance des simulations du MRCC5, nous avons comparé les cycles saisonniers, les nombres moyens de jours humides et la durée moyenne des évènements précipitants, ainsi que le cycle diurne et la distribution de fréquence des précipitations horaires dans différentes sous-régions du domaine. Les résultats indiquent que le modèle a eu des difficultés à simuler correctement les précipitations dans certaines régions dont celles où sont situés les maximums de précipitation, présentant des biais humides et secs, selon la région et la saison, de l'ordre de 20-60 %. Il a également des difficultés à capturer les maximums nocturnes des précipitations estivales, surtout dans la sous-région du Centre; le MRCC5 semble avoir des problèmes à bien résoudre les phénomènes responsables de ces importantes précipitations contrairement à ceux responsables des intenses précipitations en fin d'après-midi. Les maximums d'intensité des distributions de fréquences de la simulation du MRCC5 et des analyses Stage IV coïncident généralement, sauf en été et dans la sous-région du Sud où la distribution du modèle a tendance à être décalée vers les faibles intensités. Durant la saison froide, la contribution des faibles intensités de précipitation semble surestimée dans le MRCC5. Ce dernier reproduit presque parfaitement le nombre moyen de jours humides des analyses Stage IV en été. Avec le passage du seuil à 2 mm puis à 3 mm, les différences négatives et positives (20-40 %) deviennent respectivement plus fréquentes dans les régions nord-ouest et au sud de 37° N. Cependant, le modèle a de meilleurs résultats pour les statistiques de la durée moyenne des évènements précipitants. Il performe bien dans les régions de précipitations abondantes, surtout en hiver et été où les différences sont généralement négligeables.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Torlaschi, Enrico
Mots-clés ou Sujets: Précipitations (Météorologie). États-Unis (Est), Climat. Prévision, Modèle régional canadien du climat. Simulation par ordinateur, Modèle régional canadien du climat. Évaluation
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 sept. 2015 14:41
Dernière modification: 22 sept. 2015 14:41
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7180

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...