La contribution de la sécurité d'attachement père-enfant à la prédiction de l'adaptation des enfants victimes d'agression sexuelle

Boursier-Parent, Claudel (2014). « La contribution de la sécurité d'attachement père-enfant à la prédiction de l'adaptation des enfants victimes d'agression sexuelle » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (24MB)

Résumé

La présente thèse doctorale explore la contribution de la relation père-enfant relativement aux troubles intériorisés et extériorisés des enfants ayant vécu une agression sexuelle (AS), uniquement lorsque l'identité de l'agresseur est autre que le père. Les études menées à ce jour ont considéré les symptômes de détresse reliés à l'AS à l'enfance et ont pu démontrer l'existence d'une constellation de profils chez les enfants. Des analyses portant sur des caractéristiques de l'AS (par exemple, durée et sévérité) et de l'enfant (par exemple, âge et sexe) paraissent expliquer partiellement cette diversité de profils. Certains facteurs familiaux sont également susceptibles d'influer sur l'intensité des symptômes de détresse de l'enfant à la suite de l'AS, dont le soutien parental et la cohésion familiale. Plusieurs auteurs ont ainsi fait valoir l'importance du système familial à la suite de l'AS, principalement l'influence de la relation mère-enfant. Par contre, très peu d'études ont approfondi l'effet de la relation au père sur le profil de détresse psychologique de l'enfant à la suite d'une situation potentiellement traumatique telle que l'AS. Afin de faire avancer les connaissances sur ce thème, cette thèse vise à identifier la contribution spécifique de la relation père-enfant relativement à la détresse de l'enfant ayant vécu une AS, au-delà de l'effet d'autres facteurs (i.e. liés aux caractéristiques de l'AS, de l'enfant et de la relation maternelle). Par ailleurs, la détresse de l'enfant à moyen terme (soit 5 mois après une rencontre clinique initiale) est décrite en fonction de la relation à la mère et au père et de l'effet combiné de ces deux relations. Cette conceptualisation des conséquences de l'AS s'appuie sur le modèle transactionnel de Spaccarelli (1994), qui permet d'expliquer de façon synthétique les facteurs potentiellement impliqués dans la sévérité des symptômes de détresse de l'enfant après l'AS. Afin de mieux cerner l'influence de la relation au père, la perception de sécurité d'attachement de l'enfant est obtenue pour la mère et le père distinctement. La présente thèse comporte quatre sections. D'abord, un état des connaissances sur le sujet de l'AS à l'enfance est présenté, suivi d'un survol du modèle conceptuel sur lequel s'appuie cette thèse. Par la suite, les facteurs liés au profil adaptatif des enfants après l'AS sont explorés, dont les facteurs familiaux. Les quelques données disponibles sur l'influence de la relation père-enfant sont présentées, dont l'effet de la relation paternelle sur le développement global des enfants ainsi que dans le cas de situation potentiellement traumatique telle que l'AS à l'enfance. Les deux articles composant la thèse sont ensuite proposés. La première étude porte sur la contribution de la relation père-enfant sur les symptômes de détresse de l'enfant (i .e. les comportements intériorisés et extériorisés), au-delà de l'effet des caractéristiques de l'enfant et de la relation à la mère. Le second article est une étude de suivi évaluant l'influence unique et combinée de la relation à la mère et au père sur les conséquences de l'AS à moyen terme, soit cinq mois après une rencontre initiale. Ainsi, le premier article (chapitre II) examine l'influence possible de la relation au père sur les symptômes de l'enfant à la suite d'une AS, en tenant compte des caractéristiques de l'AS, de l'enfant et de la relation mère-enfant (incluant la détresse de la mère et la perception de sécurité d'attachement). Les symptômes de détresse de l'enfant ont été obtenus auprès de la mère au moment d'une évaluation initiale. De plus, les 142 enfants âgés entre 6 et 14 ans rencontrés ont complété la mesure de perception de sécurité d'attachement à la mère et au père, uniquement dans les cas où l'AS n'a pas été commise par le père. Les résultats démontrent que la perception d'attachement au père contribue à la prédiction de l'intensité des troubles de comportement de l'enfant après l'AS, et ce au-delà de l'influence de la détresse psychologique de la mère et de la perception d'attachement à cette dernière. Ces résultats soulignent l'importance des pères à la suite d'une situation potentiellement traumatique telle qu'une AS à l'enfance et militent en faveur d'une intervention familiale afin de favoriser le rétablissement optimal des enfants après l'AS. Le deuxième article (chapitre III) est une étude de suivi visant à comparer l'intensité de la détresse des enfants à la suite de l'AS en fonction de la perception de sécurité d'attachement à la mère et au père (i.e. sécurisant ou insécurisant) et de l'effet combiné (i.e. interaction Mère x Père) de ces relations parentales. Dans cette étude, 97 enfants âgés de 6 à 12 ans et leur famille ont été rencontrés lors d'une seconde évaluation, en moyenne 4,7 mois (ÉT = 2,26) après une rencontre clinique initiale. Dans cette étude, les mesures de troubles du comportement de l'enfant ont été recueillies, tant auprès de l'enfant que de la mère. Les résultats révèlent que l'effet combiné de la relation père-enfant et mère-enfant prédit l'intensité des problèmes liés aux comportements intériorisés rapportés par l'enfant à moyen terme alors que les comportements délinquants observés par la mère sont prédits par la perception de la relation à cette dernière. Ces résultats illustrent l'importance d'évaluer les deux parents à la suite d'une AS vécue par l'enfant afin d'assurer les interventions les plus adaptées. À la suite d'une situation potentiellement traumatique, si un parent est jugé moins sécurisant par l'enfant, l'autre parent peut jouer un rôle compensatoire et ainsi favoriser un rétablissement optimal de l'enfant. Enfin, au chapitre IV, les résultats de la présente thèse sont intégrés afin de mettre en lumière les principales contributions des deux études réalisées et d'approfondir la discussion portant sur les avancées découlant de tels résultats sur les plans théorique et clinique. Ces contributions sont interprétées en tenant compte des limites méthodologiques des études. Enfin, des propositions pour les études futures sont avancées afin de contribuer aux connaissances scientifiques et de mieux documenter les facteurs associés à un profil adaptatif plus résilient des enfants à la suite d'une AS. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Agression sexuelle, enfance, perception de la sécurité d'attachement, père, mère, problèmes liés aux comportements

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Hébert, Martine
Mots-clés ou Sujets: Père et enfant, Parents d'enfants victimes d'abus sexuels, Parents. Influence, Enfants victimes d'abus sexuels, Détresse chez l'enfant, Sécurité chez l'enfant
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 23 sept. 2015 17:44
Dernière modification: 23 sept. 2015 17:44
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7211

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...