Le rapport à la nature d'amateurs naturalistes : sur le terrain ordinaire de la connaissance et des attachements

Gherbi, Amel (2015). « Le rapport à la nature d'amateurs naturalistes : sur le terrain ordinaire de la connaissance et des attachements » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Ce mémoire pose une problématique en deux volets : il retrace le rôle des amateurs naturalistes dans l'histoire des sciences et de l'environnement; il définit ensuite l'amateur naturaliste comme une figure exemplaire eu égard aux enjeux de la crise écologique contemporaine. Cela posé, comment se développe la construction d'un rapport « positif » à la nature et quels en sont les paramètres? En d'autres mots, comment devient-on amateur naturaliste et qu'est-ce que cela implique? Comment ces modes de relation engendrent-ils une sensibilité aux enjeux écologiques? Puisant dans une riche littérature et dans l'actualité, nous avons trouvé l'inspiration nécessaire à une documentation empirique des façons par lesquelles les amateurs naturalistes développent un engagement à l'égard de la nature. Au plan théorique, la recherche propose un échafaudage conceptuel basé sur la sociologie pragmatique des attachements développée dans les travaux d'Antoine Hennion pour comprendre ce qui « attache » les amateurs à leur pratique naturaliste (de manière à mettre à jours ce à quoi ils tiennent). Complémentairement, nous introduisons à l'instar de Florian Charvolin l'idée de « passions cognitives » pour rendre compte des divers croisements entre passion et cognitions, favorisant de ce fait la reconnaissance de la place de la passion dans l'acte de connaissance. À travers une description fine plongeant dans le discours réflexif des amateurs naturalistes à l'égard de leurs propres pratiques, la recherche révèle, au plan empirique, la construction de leur rapport à la nature de même que la diversité de leurs attachements. Ce faisant, l'analyse met l'accent sur les dimensions individuelle et sociale (ou collective) des pratiques où se construisent le rapport à la nature, « l'entraînement » du corps, la mobilisation des dispositifs et la place dans la / de la communauté. Ouvrant sur des pistes susceptibles d'intéresser le champ de la communication environnementale, la recherche apporte un éclairage tout à fait original sur ce terrain peu étudié. Au plan méthodologique, l'analyse qualitative de neuf entretiens approfondis réalisés avec des participants disséminés dans la province du Québec, ajouté à près d'une centaine d'heures d'observation dans les lieux de pratique, vise à montrer le bien-fondé d'une posture à la fois empirique et compréhensive pour engager les sciences humaines et sociales sur le terrain de l'environnement. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : amateurs naturalistes, pragmatique des attachements, passions cognitives, communication environnementale.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Proulx, Serge
Mots-clés ou Sujets: Naturalistes amateurs, Nature. Conservation, Participation des citoyens, Réserves de la vie sauvage. Fréquentation, Attachement, Culture scientifique et technique, Communication en environnement, Homme. Influence de l'environnement, Homme. Influence sur la nature
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 oct. 2015 15:09
Dernière modification: 13 oct. 2015 15:09
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7323

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...