Étude du rôle de l'inhibition dans le changement conceptuel à l'égard du concept de force chez des étudiants universitaires

Thibault, François (2013). « Étude du rôle de l'inhibition dans le changement conceptuel à l'égard du concept de force chez des étudiants universitaires » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

Le changement conceptuel est un sujet très populaire dans la recherche en éducation et plusieurs modèles ont été construits afin de le décrire. Cependant, il n'existe aucun consensus entre ces modèles, qui renvoient parfois à des éléments qui sont incompatibles avec leurs compétiteurs. C'est en voulant étudier ce phénomène selon une nouvelle approche issue des neurosciences cognitives et de la psychologie, notamment par l'utilisation de techniques modernes d'imagerie cérébrale, que certains chercheurs ont pu mettre en évidence le rôle que pourrait jouer l'inhibition dans le processus du changement conceptuel. Selon ces chercheurs, il semblerait que, contrairement aux modèles « classiques » du changement conceptuel, les conceptions initiales seraient inhibées au profit de conceptions plus conformes au savoir scientifique, plutôt que transformées et raffinées afin d'être réinvesties dans un nouveau schéma conceptuel. Cependant, bien qu'elles permettent toutes d'établir un lien entre l'inhibition et le changement conceptuel dans plusieurs disciplines liées aux sciences et aux mathématiques, une seule de ces études, celle de Kwon et Lawson (2000), permet de quantifier cette relation au moyen de statistiques descriptives. Selon eux, l'inhibition pourrait expliquer près de 30% de la variance de ce qu'ils appellent le « gain conceptuel », une mesure qu'ils proposent afin d'évaluer les changements conceptuels effectués par rapport aux concepts liés à la pression des gaz. Reprenant la méthodologie de Kwon et Lawson, notre recherche avait pour objectif de confirmer leurs observations et d'en augmenter la portée. C'est pourquoi nous avons choisi d'étudier les concepts reliés aux forces tels que vus en physique mécanique, un domaine que la littérature a identifié comme étant riche en conceptions naïves et pour lequel un instrument de mesure très robuste était disponible. Les analyses effectuées ont alors permis de constater que 18.2% de la variance du gain conceptuel observé pouvait être attribuée à l'effet de l'inhibition, ce qui, bien qu'il s'agisse de résultats inférieurs à ceux obtenus par Kwon et Lawson, permet néanmoins de confirmer l'existence d'un lien entre les variables étudiées, soient l'inhibition et le changement conceptuel.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Potvin, Patrice
Mots-clés ou Sujets: Changement conceptuel, Apprentissage de concepts, Inhibition, Raisonnement, Physique. Étude et enseignement, Sciences. Étude et enseignement
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 14 oct. 2015 18:51
Dernière modification: 14 oct. 2015 18:51
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7340

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...