Pratiques "à risque" chez les jeunes de la rue : autodestruction ou stratégie de survie?

Bungardean, Adriana (2007). « Pratiques "à risque" chez les jeunes de la rue : autodestruction ou stratégie de survie? » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en intervention sociale.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (19MB)

Résumé

L'objectif de cette recherche vise à améliorer notre compréhension des intentions derrière des actes des jeunes de la rue québécois que l'on associe à l'autodestruction tels que les actes suicidaires, l'automutilation et les comportements à risque. Peu d'études ont tenté d'explorer le sens de ces actes au-delà du diagnostic de pathologie chez les jeunes qualifiés alors de groupes à risque. Nous avons remarqué que, malgré l'existence d'études traitant de la relation entre les jeunes de la rue et le suicide, celles-ci ne tiennent pas vraiment compte du fait qu'il peut exister une tension ambivalente chez ces jeunes entre le désir de mourir et le désir de survivre. Pour comprendre cette tension, nous devons considérer d'autres facteurs tels que le parcours identitaire ou la possibilité que les conduites à risque s'inscrivent dans une dynamique sociale s'apparentant à un rite de passage contemporain. Notre hypothèse est que tous les actes qui mettent en danger l'intégrité physique et morale d'un individu ne sont pas nécessairement des actes suicidaires, mais peuvent être aussi des actes de survie identitaire, des pratiques ordaliques ou parasuicidaires. Nous avons réalisé une enquête qualitative à l'aide d'entrevues semi-dirigées auprès de sept jeunes de la rue de Montréal ayant déjà adopté des pratiques mettant en danger leur intégrité physique et morale. Dans une perspective interprétative, nous avons dégagé le sens que les jeunes donnaient à leurs actes, et identifié leurs intentions à propos de ces pratiques. Les résultats de cette recherche nous ont permis de regrouper en trois catégories les comportements et les pratiques que les jeunes nous ont décrits : les pratiques suicidaires, les pratiques parasuicidaires et les pratiques ordaliques. Loin d'être seulement destructeurs, certains comportements dits « à risque » révèlent une quête de soi, une urgence de vivre et un besoin d'affronter la mort, pour se prouver que la vie en vaut la peine. Nous pensons que cette recherche peut contribuer à renouveler les pratiques d'intervention sociale auprès des jeunes de la rue en apportant un éclairage plus nuancé sur les pratiques qualifiés trop rapidement d'autodestructrices. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : jeunes de la rue, suicide, parasuicide, conduites à risque, automutilation

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Parazelli, Michel
Mots-clés ou Sujets: Comportement à risque, Comportement autodestructeur, Comportement suicidaire, Jeune de la rue
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > École de travail social
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 14 oct. 2015 20:05
Dernière modification: 14 oct. 2015 20:05
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7345

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...